Fermer le menu
Menu

Les réseaux de soins mutualistes, au cœur d’un vif débat

par Mutuelle.fr

Les réseaux de soins mutualistes, au cœur d’un vif débat

Harmonie Mutuelle et MGEN/Istya, les deux groupes de mutuelles les plus importants en France, sont devenus les porte-paroles des mutuelles en ce qui concerne le vif débat sur les réseaux de soins mutualistes.

Ces derniers ont en effet défendu, lundi dernier, la proposition de loi dont l’objectif est de conforter ces réseaux de soins face au désaccord de certains syndicats de médecins libéraux et d’internes qui souhaitent que le projet soit abandonné.

Cet amendement, soutenu par plusieurs députés PS, doit être  examiné fin novembre. Son objectif est de modifier le Code de la mutualité afin d’autoriser les mutuelles à mieux prendre en charge leurs adhérents qui se rendent dans un réseau de soins partenaire avec lequel elles auront négocié des contrats de qualité et de modération tarifaire.

Des mutuelles ont déjà créé leur réseau depuis plusieurs années. Ils intègrent surtout des chirurgiens dentistes, des opticiens et des spécialistes de l’audition, offrant aux patients des lunettes et des prothèses de qualité à des prix largement inférieurs à ceux du marché.

Tout comme le font déjà les assurances et institutions de prévoyance, les mutuelles souhaitent, elles aussi, pouvoir mieux rembourser leurs adhérents qui vont se faire soigner dans leurs centres. Thierry Beaudet, président de la MGEN, déclare « que la proposition de loi a été instrumentalisée par minorité d’internes et par certains syndicats médicaux qui veulent prolonger les discussions sur les dépassements d’honoraires ». Il faisait notamment allusion à l’accord sur les dépassements d’honoraires, conclut fin octobre, et fortement critiqué par les chirurgiens libéraux et les internes. Un début de conventionnement individuel de praticiens hospitaliers vient, de plus, nourrir leurs inquiétudes. Les mutuelles qui ont contractualisé des limitations de dépassements d’honoraires avec ces praticiens, poussent en effet leurs adhérents à se tourner vers eux.

Les syndicats de médecins libéraux et d’internes y voient une atteinte à la liberté de choisir son médecin et parlent même d’atteinte à la qualité des soins. Les mutuelles contre-argumentent en expliquant que les contrats sont basés sur le volontariat et que, dans les années 90, cette contractualisation s’est très bien opérée avec les dentistes.

Le mécontentement des médecins libéraux fait craindre aux mutuelles que le gouvernement amende la proposition en restreignant le périmètre des réseaux de soins à quelques activités.

Le président de la Mutualité française, Etienne Caniard, estime que l’inquiétude des professionnels de santé n’est pas fondée dans la mesure où ils resteront en position de force compte tenu de la baisse de la démographie médicale.

Source : AFP – 19/11/2012

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.