Fermer le menu
Menu

Le Crédit Municipal propose un « prêt santé »

par Mutuelle.fr

Le Crédit Municipal propose un « prêt santé »

Le 2 janvier dernier, le Crédit Municipal de Paris a lancé le « prêt santé » accessible aux Français sans condition de ressources, d’un montant de 3 000 euros maximum.

C’est par l’intermédiaire de sa banque, la CMP-Banque, que le Crédit Municipal propose de financer les dépenses de santé des personnes les plus en difficulté. Le prêt, d’un montant maximum de 3 000 euros, est remboursable par l’emprunteur sur une durée de 6 à 36 mois et à un taux d’intérêt fixe de 2,95%.

D’après une enquête menée en 2009 par la société DAFSA (groupe Profideo), plus d’un quart des Français (27%) ont déjà reporté leur frais de santé lorsqu’ils sont confrontés à des dépenses onéreuses et mal remboursées par la Sécurité sociale (ex : soins dentaires, achat de lunettes ou consultation chez un médecin spécialiste). Pour un tiers des individus confrontés à ces difficultés, leur revenu est inférieur à 1 500 euros par mois.

Selon la CMP-Banque ce phénomène semble imputer toutes les catégories socioprofessionnelles. "Nous avons lancé il y a deux ans et demi un prêt santé à taux zéro avec une mutuelle de la fonction publique. Nous nous sommes vite rendu compte que le besoin était général, précise Emmanuel Bouriez, directeur général adjoint de CMP-Banque. La santé coûte cher et le déremboursement des actes et des frais médicaux gagne du terrain. Il n'y a pas de honte à emprunter pour financer de telles dépenses."

Aujourd’hui, de plus en plus d’individus ont recourt aux crédits renouvelables pour financer leurs frais de santé à des taux excessifs, les faisant ainsi basculer dans le surendettement. Le Crédit Municipal souhaite, de ce fait, proposer un crédit peu coûteux, avec des échéances de remboursements de 130 euros échelonnés sur vingt-quatre mois pour un emprunt de 3 000 euros.

L’accès aux soins est également au cœur des préoccupations de mutuelles et complémentaires santé, qui proposent à leur tour des offres axées sur des soins « de base » (ex : l’hospitalisation) pouvant ainsi éviter l’emprunt.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.