Fermer le menu
Menu

Jean-Marc Ayrault souhaite une réforme structurelle de la santé

par Mutuelle.fr

Jean-Marc Ayrault souhaite une réforme structurelle de la santé

En visite au CHU de Grenoble, et accompagné de la ministre de la santé Marisol Touraine et de la ministre de la Recherche Geneviève Fioraso, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé à cette occasion, qu’il souhaitait « une réforme structurelle de notre système de santé ». Une mesure visant à rénover l’articulation entre l’Assurance Maladie et la complémentaire santé et à instaurer une nouvelle forme de médecine de parcours.

En introduction de son discours, M. Ayrault a rappelé l’état d’urgence dans laquelle était confrontée notre protection sociale et notre offre de soins face au déficit de l’Assurance Maladie. C’est pour pallier au risque de voir se développer « une médecine à deux vitesses », « pointue et complète pour ceux qui auront les moyens de payer, et le service minimum pour tous les autres », qu’une réforme est nécessaire aujourd’hui.

Lors de son discours, le premier ministre a également rappelé les différentes mesures à venir et accords passés, visant à améliorer l’accès aux soins. Il a notamment cité l’accord sur les dépassements d’honoraires d’octobre 2012, la hausse du plafond de la CMU-C ou encore l’accord national interprofessionnel (ANI) signé par les partenaires sociaux le 11 janvier dernier.

La nouvelle stratégie nationale de santé, dont les principaux axes ont été évoqués par le Président de la République au congrès de la Mutualité le 20 octobre dernier, consiste pour l’essentiel « à dépenser mieux » puisqu’elle s’oriente vers le retour à l’équilibre des comptes de l’Assurance Maladie sans rationner les soins. Pour se faire, d’ici fin mai, un « comité des sages » composés de 7 personnes et coordonné par Alain Cordier, inspecteur général des finances et ancien directeur de l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris), est en charge de proposer des axes de déploiement afin de structurer les travaux des administrations et opérateurs de la santé.

Selon le premier ministre, pour dépenser mieux « il faut cesser de concevoir une médecine comme une succession d’actes ponctuels » mais comme une véritable « médecine de parcours » autour de la personne. Une réforme qui promet le travail en équipe des professionnels de santé, le décloisonnement entre la médecine de ville et l'hôpital, entre la recherche et le soin et l’amélioration de la gouvernance du système de santé…

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.