Fermer le menu
Menu

La vente en ligne de médicaments « sous-contrôle »

par Mutuelle.fr

La vente en ligne de médicaments « sous-contrôle »

Après la décision du conseil d’Etat  d’accepter la vente en ligne de médicaments sans prescription, le gouvernement souhaite élaborer un code de « bonnes pratiques » répertoriant un ensemble de mesures restrictives.

Parmi elles, l’obligation pour les pharmaciens de pratiquer les mêmes prix en ligne qu’en pharmacie. Les médicaments seront alors vendus plus chers sur Internet du fait des frais de port. Autre proposition limitative, les pharmaciens devront avoir en stock la totalité des produits mis en vente sur Internet.

Pour Bruno Laserre, président de l’Autorité de la concurrence, « ces mesures sont très dissuasives ». Pour lui, Internet offre aux pharmaciens d’officine la possibilité de se moderniser et d’accroître leurs ventes. Mais c’est aussi le moyen de permettre aux consommateurs isolés ou manquant de temps d’avoir accès plus facilement aux médicaments à condition que l’écart de prix sur Internet ne devienne pas un frein. L’exemple de la Grande-Bretagne ou l’Allemagne, est selon lui la preuve que la vente de médicaments sur Internet n’a pas été « un drame sanitaire ». La hausse des ventes en ligne est restée d’ailleurs modérée.

Une vaste enquête sectorielle d’une durée d’un an, va être lancée par l’organisme public chargé de veiller au libre jeu de la concurrence. Elle permettra de vérifier si la chaîne de distribution entre chaque échelon (laboratoires, grossistes-répartiteurs et pharmaciens) aboutit sur un prix final raisonnable pour le consommateur. L’Autorité doit également émettre un ensemble de conseils pratiques aux visiteurs médicaux pour que l’information qu’ils vont diffuser soit la plus objective possible.

Au même titre que le Conseil d’Etat, l'Autorité de la concurrence soutient donc favorablement  la vente en ligne de médicaments. Entre Internet et la montée en puissance des génériques, de « nouvelles opportunités de baisse des prix, d'accroissement de ser­vices, d'innovation, s'ouvrent » indique Bruno Laserre.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.