Fermer le menu
Menu

Dépistage du Sida : l’Autotest bientôt autorisé en France

par Mutuelle.fr

Dépistage du Sida : l’Autotest bientôt autorisé en France

Déjà autorisé aux Etats-Unis, le dispositif médical permettant de dépister le sida devrait bientôt arriver en France. Le Comité d’éthique et le Conseil national du sida ne sont plus opposés à sa commercialisation en France.

Ces dispositifs d’un nouveau genre permettent de détecter, à partir d’une goutte de sang prélevée sur le doigt ou d’un échantillon de salive, la présence des anticorps fabriqués en cas d’infection par le virus du sida. A partir du prélèvement, le patient peut lire et interpréter lui-même les résultats sans avoir besoin d’un avis médical. En moins de 30 minutes le dispositif affiche soit une ligne rouge, pour indiquer un résultat négatif, soit deux lignes et, dans ce cas, la personne apprend qu’elle est séropositive.

Deux instances consultatives viennent d’ouvrir à ces tests une voie à leur mise sur le marché français, alors qu’ils étaient jusque-là contestés et non approuvés en Europe.
De nombreuses personnes hésitant encore à suivre la démarche médicale classique de dépistage, la généralisation de ces autotests porte un réel espoir de « faire régresser l'épidémie du VIH ».

Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) pose, lui, certaines conditions quant à l’éventuelle commercialisation de ces nouveaux procédés médicaux, tout en reconnaissant que cette méthode de dépistage répond « à une nécessité de santé publique ». Cet organisme désire notamment mettre en place des tests de fiabilité, afin de palier à une interprétation des résultats effectuée par une personne non spécialiste. Le risque d’erreur (99,8 % d’efficacité sur les résultats négatifs, 92,9 % sur les positifs) démontré lors de différentes études, devra également être mentionné sur la notice d’utilisation. De plus, la loi s’assurera de la protection des utilisateurs face à d'éventuelles tentatives de pression, exercées pour leur « faire réaliser un autotest et d'en lire immédiatement le résultat ». Ces tests, non remboursés par l’Assurance Maladie, seront mis en vente en pharmacie et sur internet.

Enfin, le CCNE dénonce surtout comme principal obstacle éthique l’absence d’accompagnement médical, en cas de résultat positif. En effet, il déclare que « la révélation de la séropositivité provoque des réactions émotionnelles très fortes pouvant déséquilibrer les défenses psychiques d'un individu fragile et vulnérable dans sa solitude », même s’il souligne que « la perspective d'une mort rapide », engendrée par une infection au VIH « s'est considérablement estompée ».

 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.