Fermer le menu
Menu

Le calendrier vaccinal s’allège en 2013

par Mutuelle.fr

Le calendrier vaccinal s’allège en 2013

La nouvelle version du calendrier instaure une diminution des vaccinations chez les nourrissons ainsi que des rappels à âge fixe pour les adultes.

Le ministère de la santé vient de présenter la nouvelle version du calendrier vaccinal, beaucoup plus simple pour les usagers et pour les professionnels de santé. Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), qui travaillait à sa refonte depuis quatre années et avec de multiples ambitions, en est totalement satisfait. Pour cet organisme, « le nouveau calendrier vaccinal proposé permet de diminuer le nombre d'injections chez les nourrissons et de prévoir des rappels de vaccination à âge fixe chez les adultes ». De plus il est plus « facile à mémoriser pour les patients et pour les professionnels de santé ».

La primovaccination polyvalente (contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite et les infections invasive), a été allégée à deux injections à 2 et 4 mois et à un rappel à l'âge de 11 mois. Elle faisait état auparavant de trois injections et d’un rappel entre 16 et 18 mois.

La vaccination ROR, contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, sera désormais injectée à l'âge de 12 mois chez tous les enfants. Ce vaccin était précédemment conseillé dès 9 mois pour les enfants vivant en collectivité.

Au niveau du suivi des adultes, les rappels anti-diphtérie, tétanos et poliomyélite seront désormais répétés à âges fixes (25, 45, 65 ans, puis à 75 et 85 ans), alors que cela se faisait jusqu’alors tous les 10 ans.

De nouvelles recommandations, pour les vaccins contre les infections à papillomavirus humains (HPV) et la grippe saisonnière, ont également été mises en place. La vaccination des jeunes filles contre les HPV, responsables du cancer du col de l'utérus, est désormais conseillée entre 11 et 14 ans. De plus, la liste des personnes potentiellement vaccinables contre la grippe saisonnière est complétée par les patients atteints d'une maladie hépatique chronique. Ces derniers viennent s’ajouter aux personnes atteintes d’une obésité morbide et aux femmes enceintes, présentes dans le calendrier depuis 2012.

S’appuyant sur cette nouvelle organisation du processus d’administration des vaccins, le Haut Conseil de la Santé Publique n’a d’autre ambition que « d’améliorer l'acceptabilité des vaccinations par les médecins et en conséquence la couverture vaccinale, tout en assurant une protection tout au long de la vie. »

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.