Fermer le menu
Menu

Le printemps arrive, le pollen et les allergies aussi.

par Mutuelle.fr

Le printemps arrive, le pollen et les allergies aussi.

Après un hiver particulièrement maussade, les allergies au pollen pourraient cette année toucher à la fois les personnes prédisposées, mais également les autres.

Un pic de concentration de pollen dans l’air est attendu pour les jours prochains en France, en résultat du mauvais temps de l’hiver passé. En effet, les mauvaises conditions météorologiques ont retardé de 3 semaines le développement de la végétation. En conséquence, la floraison ne se déroulera pas sur plusieurs semaines, mais sur une période beaucoup plus courte.

Le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) a ainsi détecté, dès la semaine dernière et les premières remontées de température, une concentration de pollen dans l’air très élevée. Michel Thibaudon, directeur du RNSA déclare que « les concentrations de pollen sont tellement élevées actuellement que même les sujets peu sensibles vont être touchés. On peut parler de véritable explosion. Il y a trois fois plus de pollen en suspension que d'habitude ». Pour ce spécialiste, il est donc possible que cette concentration, beaucoup plus importante qu’à la normale, fasse apparaître « plus de symptômes et peut-être chez plus de gens ». Il explique que c’est la rapidité du passage, entre une situation avec peu de particules allergisantes dans l'air à une situation où il y en a beaucoup, qui « amplifie clairement les symptômes, surtout dans les régions où il y a beaucoup de vent ».

Il faut savoir que le risque de réaction allergique n’est pas le même tout au long de la journée. L’ambroisie, une espèce de plante, libère la majeure partie de son pollen en toute fin de nuit et en début de matinée. A l’inverse, les arbres relâchent leurs grains avant le début de l’après-midi. Enfin, la météo peut, elle aussi, avoir son mot à dire : « en période d'orage, la chaleur et l'humidité font éclater les grains, ce qui libère les substances allergisantes », souligne Charlotte Sindt, du RNSA.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.