Fermer le menu
Menu

La cigarette électronique bientôt proscrite aux mineurs et dans les lieux publics

par Mutuelle.fr

La cigarette électronique bientôt proscrite aux mineurs et dans les lieux publics

Un rapport, commandé par le ministère de la santé, préconise l’instauration de nouvelles réglementations dans le but d’encadrer la consommation de cigarettes électroniques.

La ministre de la santé Marisol Touraine vient d’annoncer plusieurs mesures phares dans l’encadrement de l’utilisation de la cigarette électronique. La vente en sera notamment rapidement interdite aux mineurs. Alternative à la consommation de tabac classique, l’e-cigarette fonctionne à la vapeur d’« e-liquide », et contient des traces de nicotine, du propylène de glycol et du glycérol. Pour la ministre, il est important d’appliquer à ce nouveau dispositif « les mêmes règles que pour le tabac », car ce n’est pas « un produit banal », même si elle admet que cette cigarette peut constituer une aide pour les personnes qui désirent arrêter de fumer.

Cette prise de position est la conséquence d’une enquête du pneumologue Bertrand Dautzenberg, chargé par le ministère d’évaluer les risques de cette nouvelle  cigarette. Son rapport, qui propose l’encadrement strict de son utilisation, présente notamment deux mesures importantes : le bannissement des lieux publics et l’interdiction de vente aux mineurs, cette solution électronique pouvant devenir « un boulevard d’entrée potentielle dans le tabagisme ». Concernant la réglementation de la publicité, elle devrait être similaire à celle existante pour le tabac. Le rapport propose enfin d’obliger les fabricants de ces dispositifs à limiter davantage les quantités de nicotine présentes et à prouver l’innocuité des substances inhalées lors de leur utilisation.

Pour rappel, en mai 2011, l'Afssaps, prédécesseur de l'Agence nationale de sécurité du médicament, recommandait de ne pas utiliser cette e-cigarette. « Même lorsqu'ils sont limités à 2 %, les e-liquides peuvent contenir des quantités de nicotine susceptibles d'entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle, avec des effets indésirables graves, notamment chez les enfants » déclarait alors l'organisme. De plus, en 2008, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), avait déjà affirmé que la cigarette électronique ne devait pas être considérée comme une thérapie légitime, qui permettrait l’arrêt de la consommation de tabac. Enfin, les cigarettes électroniques sont même interdites dans certains pays comme l’Argentine, le Brésil, Singapour et la Turquie.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.