Fermer le menu
Menu

Le lieu d’implantation de la « salle de shoot » de Paris désormais connu

par Mutuelle.fr

Le lieu d’implantation de la « salle de shoot » de Paris désormais connu

La future salle sera vraisemblablement construite dans le 10ème arrondissement de la capitale.

La ville de Paris vient d’annoncer que la future salle de consommation de drogue à moindre risque serait localisée au 39 boulevard de la Chapelle, dans le 10ème arrondissement. « Ce lieu permettra de répondre à la nécessité d'un accueil des usagers de drogue dans ce quartier, avec pour objectif de réduire les risques sanitaires et diminuer les nuisances sur l'espace public », a-t-elle déclaré dans un communiqué. L’objectif de cette installation sera de protéger les usagers des risques de contamination par certaines maladies ou virus (VIH et hépatite C notamment), ainsi que de faire diminuer les troubles à l’ordre public.

Le lieu, appartenant à la SNCF, a été choisi d’un accord commun entre l’association Gaïa, partie prenante du projet, et la préfecture de police. Pour Rémi Féraud, maire du 10ème arrondissement de Paris, « l'endroit a deux avantages : il permet à Gaïa de travailler dans de bonnes conditions, et permet d'ouvrir une salle en s'éloignant des habitations, des écoles et des commerces, ce qui faisait partie des demandes exprimées durant la concertation ».  De son côté, Myriam El Khomri, adjointe à la sécurité de Bertrand Delanoë, déclare que « le dispositif sanitaire sera accompagné d'un dispositif de police pour assurer la sécurité dans les quelques rues alentour ». La salle sera aménagée non loin de l’extrémité nord de la gare du Nord, son architecture s’inspirant fortement du modèle du Quai 9, la salle de consommation de Genève. Il sera possible d’y accéder jusqu’à 21 heures.

C’est en février dernier que le gouvernement a donné son feu vert pour tenter cette expérimentation et transmis le dossier à la MILDT (Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et Toxicomanies) et au ministère de la santé. Bertrand Delanoë avait alors rapidement déclaré que celle-ci se situerait dans le 10ème arrondissement, où la consommation dans l’espace public pose le plus de problèmes. En réponse, et bien que 58 % des français soient favorables à ces « salles de shoot » (sondage EROPP 2013), les habitants du quartier concerné se montrent partagés. Ils se trouvent en effet à la fois désireux de ne plus voir les toxicomanes se droguer, mais craintifs que l’installation n’en fasse venir davantage.

Le conseil de Paris examinera le dossier de demande de permis de construire le 8 juillet prochain. La salle devrait alors pouvoir ouvrir dans le courant de l’automne. Pour pallier à un éventuel retard de construction, des bâtiments type Algeco permettraient à l'équipe de commencer à accueillir les toxicomanes.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.