Fermer le menu
Menu

L’impact de la perte du triple A chez les assureurs

par Mutuelle.fr

L’impact de la perte du triple A chez les assureurs

Suite à la perte du triple A de la France, Norbert Gaillard, économiste et consultant auprès d’instances mondiales telles que l’OCDE (Organisation de Coopération et le Développement Economique) ou encore la Banque Mondiale, analyse les conséquences de cet événement chez les assureurs et chez les assurés français.

Les raisons de la dégradation de la note française

Le déficit public de l’état français, aujourd’hui très élevé, suscite des interrogations sur la capacité du pays à rembourser ses emprunts. Certes, la France génère des recettes mais celles-ci ne sont pas suffisantes face au montant de ses dépenses. De plus, le chantage exercé par les groupes de pression auprès des politiques ainsi que la frilosité de ces derniers à mettre en place les réformes nécessaires ne permet pas au pays de réduire suffisamment ses dépenses. La France voit l’état de ses comptes se dégrader sensiblement depuis la crise de 2008 c'est-à-dire depuis la mise en place des plans de soutien à l’économie. En outre, l’hexagone est aujourd’hui confronté à un chômage structurel croissant, à un déficit de sa balance des paiements et à une concurrence accrue des pays voisins, notamment de l’Allemagne. Dans les faits, la France a donc perdu la note maximale depuis plusieurs années.

L’impact de la perte du triple A pour les assureurs et les assurés

La société CNP Assurances, la CCR (Caisse Centrale de Réassurance) et la Banque Postale ont l’Etat pour actionnaire principal. Ces sociétés d’Assurance risquent dont de perdre à leur tour la note maximale. Par ailleurs, les assureurs du secteur privé ne devraient pas être épargnés non plus par l’abaissement de leur note. Globalement, tous les émetteurs de dette français dotés aujourd’hui du triple A ou de la note AA+, devraient être prochainement dégradés. L’ensemble des assureurs de l’hexagone risquent de subir le même sort dans le premier trimestre de l’année.

L’impact de cette dégradation pour les assureurs et pour les assurés

Le premier impact de la perte du triple A pour les assureurs porte sur les taux d’intérêts qui, mécaniquement, vont augmenter. Par ailleurs, les assureurs risquent de voir s’altérer la qualité de leur clientèle et devront donc faire croitre leurs fonds propres pour compenser cette dégradation. Les assureurs et les courtiers risquent également de perdre des marchés internationaux, la note maximale étant parfois une condition sine qua non afin de pouvoir être inclus dans les appels d’offres de certains grands groupes. Enfin, le passage du AAA au AA+ va certainement générer une perte de confiance des français envers les institutions financières. Cela risque d’engendrer une fuite des épargnants, notamment en ce qui concerne l’assurance vie.
Quant aux assurés, ils vont sûrement subir de plein fouet cette perte du triple A en voyant leurs cotisations d’assurance augmenter, notamment dans le domaine de la santé, de l’assurance automobile ou encore de l’assurance habitation.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.