Fermer le menu
Menu

Le vinaigre pourrait sauver des millions de vies

par Mutuelle.fr

Le vinaigre pourrait sauver des millions de vies

Une méthode de dépistage du cancer du col de l’utérus peu coûteuse vient d’être testée en Inde

Dans les pays développés, le dépistage généralisé du cancer du col de l’utérus a permis de faire reculer singulièrement la mortalité liée à cette maladie. Pourtant, il reste de nombreux pays ou le système de santé est tel qu’il ne permet pas un accès généralisé à ce niveau de prévention. Ce cancer y est alors une des premières causes de mortalité chez les femmes, causant chaque année pas moins de 250 000 décès. Ainsi, lors du congrès annuel de la société américaine d'oncologie à Chicago, une attention particulière à été portée à la présentation d’un nouveau test ayant pour but de dépister facilement cette maladie.

Le dépistage du cancer du col de l’utérus à l’aide de vinaigre a en effet été développé par une équipe médicale indienne. Peu coûteux, il ne nécessite aucune connaissance médicale avancée et permet d’obtenir un résultat en seulement une minute. Cette méthode préconise de badigeonner le col de l'utérus de la patiente avec une solution vinaigrée à 4% et d'observer à l'œil nu, à l'aide d'une lampe, si des taches blanches se forment sur les tissus. La couleur blanche pouvant alors apparaître provient de l'agglomération de cellules anormales (et potentiellement cancéreuses), celles-ci s’activant sous l'effet de l'acide acétique du vinaigre. Si un test s’avère être positif, une structure médicale prend en charge la patiente concernée. Un prélèvement (frottis) sera alors réalisé et transmis à un laboratoire d'anatomo-cytopathologie pour analyse complémentaire.

Cette nouvelle méthode a été expérimentée durant 15 ans auprès de 150 000 femmes indiennes volontaires, âgées de 35 à 64 ans. Dans le même temps, d’autres femmes suivant la méthode de prévention classique (une simple explication des signes avant-coureurs d’une tumeur), étaient également suivies. Ainsi, chez celles ayant eu recours tous les deux ans au nouveau dépistage, la mortalité a baissé de 31%.

Les scientifiques à l’origine de cette enquête de grande ampleur, affirment que généraliser ce test permettrait de sauver chaque année 22 000 vies en Inde. « Nous espérons que les résultats de cette étude auront un important effet pour réduire le fardeau du cancer du col de l'utérus en Inde et dans le monde», a affirmé le Dr Surendra Srinivas Shastri, professeur de cancérologie préventive au Tata Memorial Hospital à Bombay et protagoniste de cette étude. Pour l’équipe de chercheurs, le fait que cette méthode soit applicable par des femmes de la communauté après seulement 4 semaines de formation est « un facteur de succès déterminant en Inde et dans d'autres pays où les médecins, infirmiers et laboratoires d'analyse manquent», complète le Dr Shastri.

Pour rappel, en France, il est conseillé aux femmes d'effectuer un frottis cervical (test qui est pris en charge par la Sécurité sociale), au moins une fois tous les trois ans.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.