Fermer le menu
Menu

Comment réduire facilement son risque d’AVC ?

par Mutuelle.fr

Comment réduire facilement son risque d’AVC ?

En suivant sept conseils simples et liés à la vie de tous les jours, il est possible de faire diminuer son risque d’AVC

Défaillance de la circulation du sang affectant une région du cerveau, un accident vasculaire cérébral (ou AVC), apparaît à la suite de l’obstruction ou de la rupture d’un vaisseau sanguin. Il provoque notamment la mort de cellules nerveuses, ainsi privées d’oxygène et des éléments nutritifs nécessaires à leur fonctionnement. Survenant la plupart du temps sans signe précurseur, les AVC peuvent avoir des conséquences très variables, mais quand plus de la moitié des personnes touchées gardent des séquelles, seulement un individu sur dix s’en remet totalement.

Une récente étude américaine démontre que malgré cela, plusieurs facteurs de risque peuvent être surveillés. En changeant ses habitudes quotidiennes, il serait même possible de faire fortement baisser son risque d’accident vasculaire cérébral. Publiée le 6 juin dans la revue américaine Stroke, cette enquête propose pour cela de suivre les sept conseils suivants : être actif, manger sainement, garder son poids de forme, ne pas fumer, surveiller son cholestérol, surveiller sa tension, et contrôler sa glycémie.

S’appuyant sur la participation de 23 000 américains âgés de 45 ans et plus durant cinq ans, les chercheurs ont pu dénombrer et analyser 432 cas d’accident vasculaire cérébral. Mary Cushman, professeur de médecine à l'Université du Vermont de Burlington, assure qu’une amélioration générale de l’état de santé est primordiale dans leur prévention : « nous avons trouvé que de petites différences dans l'état de santé étaient associées à une baisse importante du risque d'AVC », indique-t-elle.

Pour les scientifiques, si chacun de ces sept facteurs a un rôle important dans la prévention des attaques cérébrales, le plus important reste indéniablement la tension.  Enfin, cette enquête montre également que les non fumeurs et les personnes arrêtant de fumer (pendant au moins une année), font reculer leur risque d’AVC de 40%.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.