Fermer le menu
Menu

Une nouvelle campagne pour sensibiliser sur le don d’organe

par Mutuelle.fr

Une nouvelle campagne pour sensibiliser sur le don d’organe

Un court-métrage et d’autres supports viennent d’être mis en place pour appuyer la nouvelle campagne de promotion du don d’organe.

« Vous avez fait votre choix, dites-le simplement à vos proches. Maintenant ». Tel est le slogan de la nouvelle campagne de promotion en faveur du don d’organe, menée par L'Agence de la biomédecine. Pour la développer, l’organisme est parti d’un constat simple : si 50 000 français vivent aujourd’hui grâce à une greffe, le nombre de patients en liste d'attente augmente continuellement chaque année. Le nombre de donneurs potentiels doit être d’urgence multiplié.

Ainsi, samedi dernier, la 13ème journée nationale de réflexion sur les dons d’organes a été marquée par la diffusion d'un court-métrage de deux minutes, en simultané sur les principales chaînes nationales. S’appuyant également sur la presse et le web (site internet et page Facebook notamment), l’agence a véritablement décidé de marteler le message. « Notre idée était de marquer plus fortement les esprits, pour que les Français se saisissent d'un sujet difficile - que le film aborde d'ailleurs avec justesse et une certaine légèreté », explique sa directrice communication, Bénédicte Vincent.

L’objectif de la campagne est donc simple : faire comprendre à tout le monde que quel que soit son âge, ses proches doivent être au courant de sa position sur le sujet. Jean-Pierre Scotti, président de la Fondation Greffe de Vie en atteste : «  si les proches connaissaient la position du défunt, il pourrait y avoir 1 300 greffes de plus réalisées chaque année ». Pour preuve, quand 81 % des Français se déclarent favorables au don de leurs propres organes après leur mort, moins de la moitié transmet cette position à leur entourage.

Aujourd’hui, chacun est considéré comme favorable au don d’organe s’il n’a pas manifesté son opposition de son vivant. Cependant, il est possible d’enregistrer son refus dans un registre prévu à cet effet. La législation prévoit donc de faire respecter le souhait du défunt. Pourtant, avec à peine 15 % des français ayant connaissance de cette loi, deux tiers des refus viennent encore de l’entourage proche, la famille devant informer en dernier lieu les équipes médicales de la décision de la personne décédée. Communiquer sur cette loi pourrait ainsi permettre de s’approcher de la réalité des prises de décision personnelles et faire augmenter sensiblement le nombre de donneurs potentiels.

 

Pour se faire enregistrer dans le registre national des refus, vous pouvez envoyer une demande écrite à cette adresse :

Agence de la biomédecine
Registre national des refus
TSA 90001
93572 Saint Denis la Plaine Cedex

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.