Fermer le menu
Menu

Les cellules souches vont être testées sur les humains

par Mutuelle.fr

Les cellules souches vont être testées sur les humains

Des chercheurs vont tenter de soigner des patients avec des cellules souches reprogrammées grâce à des cellules de peau. Une première au monde.

Depuis leur découverte il y a sept ans, les cellules souches pluripotentes induites (iPS), honorées d’un prix Noble de médecine en 2012, sont un véritable espoir dans la recherche sur la thérapie régénérative. En effet, elles sont capables d’évoluer vers un type de cellule déterminé. Prenant en charge des malades touchés de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), des scientifiques japonais vont pour la première fois expérimenter ce potentiel exceptionnel. Pour rappel, la DMLA est, dans les pays développés, la première cause de cécité chez les personnes âgées de plus de 55 ans.

Dirigé par le Professeur Masayo Takahashi, le groupe de chercheurs va tout d’abord prélever des cellules de peau sur les bras des malades, avant d’ensuite les reprogrammer en cellules souches iPS pour qu’elles se transforment en cellules de la rétine. Huit mois après, le but sera de les réimplanter dans les yeux des patients. L’objectif de cette première phase d’essais est de contrôler le bon fonctionnement et la sûreté de la méthode, son efficacité n’étant estimée que dans un deuxième temps. En effet, l’équipe de recherche se pose encore plusieurs questions quant à l’évolution des cellules réinjectées. Certains pensent qu’elles peuvent provoquer une réaction immunitaire chez les malades, ou qu’elles peuvent se multiplier de façon incontrôlée et engendrer une tumeur à la place du nouveau tissu sain. D’autres craignent encore que la fonction reprogrammée des cellules (ici, de la rétine), ne puisse être stable dans le temps.

Présenté par la Fondation pour la recherche biomédicale et l’innovation, ce projet vient d’être validé par le ministère japonais de la santé ; les premiers essais cliniques vont donc très rapidement s’engager. Ces recherches sont aujourd’hui prioritaires au Japon (des investissements substantiels y étant alloués), l’état considérant le domaine très prometteur et voulant prendre une longueur d’avance dans la mise en place de traitements. D’autres investigations sur la DMLA, basées sur des cellules souches d’embryons humains, sont d’ailleurs déjà en cours dans monde. Mais elles prêtent à polémique, pour des raisons éthiques et les risques de rejets connus.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.