Fermer le menu
Menu

Chirurgie ambulatoire : des risques limités pour les patients

par Mutuelle.fr

Chirurgie ambulatoire : des risques limités pour les patients

La chirurgie ambulatoire est une chirurgie sans hébergement à l’hôpital. Outre les avantages économiques qu’elle permet, les opérations à la journée réduisent considérablement les risques pour les patients.

De plus en plus nombreuses sont les opérations pour lesquelles il vous suffit de vous rendre à l’hôpital le matin et d’en sortir, tout neuf, le soir. Opération des varices, opération des végétations ou encore de la cataracte en sont quelques exemples. Bien que la France tende à développer la chirurgie ambulatoire, le pays est encore très en retard sur le sujet. En effet, seules 40% des interventions se font sans hébergement à l’hôpital dans l’hexagone contre 70% en Scandinavie et 80% aux Etats-Unis. La cour des comptes entend bien rattraper ce retard, source d’un fort gaspillage selon elle. 

Pour les pro chirurgie ambulatoire, à cette considération économique doit être ajoutée la considération médicale. Le professeur Corinne Vons, présidente de l’association française de chirurgie ambulatoire, affirme qu’opérer en ambulatoire est synonyme de meilleure prise en charge du malade.  « C’est une chirurgie de l’excellence » soutient-elle et en aucun cas une « chirurgie low cost ». Il y a encore peu de temps, une petite vingtaine d’opérations seulement pouvaient être réalisées en mode ambulatoire. Ce nombre a aujourd’hui plus que doublé et  les opérations pratiquées de la sorte sont de moins en moins bénignes : prothèse de la hanche, thyroïdectomie…L’institut Curie pratique aujourd’hui 30 à 40% des opérations du cancer du sein en chirurgie ambulatoire et son objectif est de monter à 60%.

Cette nouvelle organisation des soins est aujourd’hui possible grâces aux énormes progrès de l’anesthésie et des techniques de chirurgie de moins en moins lourdes. Par ailleurs, les opérations à la journée favorisent la prise en charge de la douleur du patient, les médecins anticipant la douleur en leur administrant des antalgiques en préventif durant l’intervention. En ce qui concerne les complications, elles ne sont pas plus nombreuses en ambulatoire. Les risques d’infections nosocomiales et de phlébites seraient quant à eux limités par le fait que le patient soit beaucoup moins en situation de promiscuité avec l’hôpital.


Aujourd’hui, 80% des opérations seraient réalisables sans hospitalisation. Il est donc temps pour la France de rattraper son retard en la matière, les  patients n’en seront que plus soulagés.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.