Fermer le menu
Menu

AVC : et si nous savions les détecter ?

par Mutuelle.fr

AVC : et si nous savions les détecter ?

Tous les ans, 155 000 personnes en France subissent un AVC (Accident Vasculaire Célébral) et près de la moitié en décèdent. Les AVC représentent aujourd’hui la première cause de mortalité chez les femmes et la 3ème chez les hommes. A l’heure où les Accidents Vasculaires Cérébraux touchent de plus en plus de jeunes, ils pourraient être évités dans de nombreux cas si nous savions en repérer les symptômes.

Un AVC est généralement la conséquence de la lésion d’une artère. Elle peut se boucher ou se rompre, générant un infarctus cérébral dans le premier cas ou une rupture d’anévrisme dans le second cas. Plus l’intervention est rapide après la détection de l’AVC et moins les séquelles sont importantes pour la victime.

Au niveau mondial, le nombre d’AVC chez les 20-64 ans a augmenté de 25% en 20 ans selon une étude réalisée par le professeur Valéry Feigin, université d'Auckland, Nouvelle-Zélande. Les jeunes de moins de 20 ans représentent une population de plus en plus à risques compte tenu d’une hygiène de vie de plus en plus mauvaise (obésité, sédentarité, mauvaise alimentation…). En France, une personne fait un AVC toutes les quatre minutes et plus de 500 000 souffrent de séquelles irrémédiables telles que des troubles de la mémoire, de l’équilibre ou du langage…

En cette journée mondiale des AVC, il parait nécessaire de rappeler comment en reconnaitre les symptômes afin de permettre une prise en charge plus rapide de la victime et ainsi, non seulement limiter les séquelles mais également le nombre de décès.

 

Quels sont les symptômes qui doivent nous alerter ?

Si votre interlocuteur présente brutalement des troubles du langage (jargon incompréhensible), de la compréhension, ou encore de la vue , un visage déformé (hémiplégie), une faiblesse d’un membre (bras ou jambe), des maux de tête ou encore des vertiges, il est nécessaire de s’inquiéter. Les signes d’un AVC apparaissent brutalement mais disparaissent généralement aussi vite qu’ils sont arrivés. Cela rend malheureusement les signes avant-coureurs d’un AVC difficile à détecter et leur disparition très rapide fait que les victimes ne se soucient pas de ces symptômes.


Que faire si vous détectez un risque d’AVC ?

Si vous détectez un risque d’Accident Vasculaire Cérébral chez un proche, vous devez en priorité appeler le SAMU en composant le 15 (en France) et le 115 (si vous êtes à l’étranger). N’appelez pas les pompiers (18), ce serait une perte de temps puisqu’ils devront faire intervenir le SAMU. Ne bougez surtout pas la victime, ne l’emmenez pas aux urgences et ne lui donnez rien à manger ni à boire. Attendez les secours qui prendront la personne en charge dès leur arrivée.

 

L’AVC représente la première cause de handicap chez l’adulte, c’est notamment la 2ème cause de démence après Alzheimer. Cette journée mondiale des AVC doit nous faire prendre conscience qu’un AVC peut arriver à n’importe qui et à n’importe quel âge. Alors composez le 15 (pour la France) dès l'apparition des premiers symptômes.

 

En savoir plus :

Tout ce que vous devez savoir sur les AVC.

 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.