Fermer le menu
Menu

De nouvelles aides pour aider les jeunes à arrêter de fumer

par Mutuelle.fr

De nouvelles aides pour aider les jeunes à arrêter de fumer

Dans le cadre du projet budgétaire de la Sécurité Sociale examiné en première lecture, l’Assemblée nationale a récemment adopté des directives pour favoriser l’arrêt du tabac chez les jeunes. Ces différentes mesures ont été portées par la majorité mais aussi par certains députés de l’opposition, comme les élus Bérangère Poletti et Jean-Pierre Barbier qui ont déclaré les avoir votées personnellement.

Désormais, les produits de substitution à la nicotine tels que les patchs, les gommes, les pastilles et les inhalateurs vont être trois fois mieux pris en charge pour les jeunes âgés de 20 à 25 ans. Ainsi, le forfait remboursé tous les ans par la Sécurité Sociale va pour eux passer de 50 à 150 euros. De plus, cette hausse du niveau de remboursement sera complétée par la mise en œuvre d’un programme d’accompagnement. Enfin, les sages femmes vont obtenir l’autorisation de directement prescrire ce type de traitement aux conjoints de femmes enceintes.

Selon la ministre de la santé Marisol Touraine, cette mesure pourrait concerner pas moins de deux millions de jeunes français. Insistant sur le fait que la majorité des fumeurs « entrent dans le tabac jeunes », la ministre a souligné que les jeunes étaient une cible privilégiée des industriels du tabac, qu’ils « voyaient les risques de façon très lointaine » et qu’ils n’étaient « pas très réceptifs à la prévention ». Elle a enfin déclaré que ces mesures répondaient au dispositif d’aide actuel, paraissant insuffisant pour les jeunes gens qui arrêtent, vers l’âge de 20 ans, toute aide au sevrage.

Evaluées à un coût compris entre 16 et 73 millions d'euros, ces mesures vont maintenant, avant une possible promulgation, être examinées par le Sénat.

 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.