Fermer le menu
Menu

Le vaccin contre la grippe ne fait pas l’unanimité

par Mutuelle.fr

Le vaccin contre la grippe ne fait pas l’unanimité

Une enquête, réalisée par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES), a voulu pour la première fois examiner l’opinion des français sur la vaccination. Les résultats parlent d’eux-mêmes : depuis les années 2000, le nombre de personnes se déclarant contre les vaccins est passé de 8,5 % de la population à 38,2 % en 2010. Une véritable chute de confiance a même été constatée aux deux « extrêmes » de l’étude, la population très défavorable passant de 2,7 % en 2000 à 19 % en 2010 et la population très favorable de 43,6 % à 15 % sur la même période. Si les chercheurs avaient déjà quelques soupçons, cette enquête semble donc avoir confirmé que l’épidémie de grippe H1N1, liée aux campagnes de vaccination de masse engendrées, ont renforcé l'opposition des Français à la vaccination en général.

Ainsi en 2010, chez les personnes se prononçant hostiles à toute forme de vaccination, 50 % précisaient directement leur opposition au vaccin contre la grippe H1N1. Le point culminant de cette méfiance se situe d’ailleurs entre décembre 2009 et janvier 2010, c’est à dire lors de la période où l’OMS et les autorités sanitaires françaises ont beaucoup été critiquées pour avoir exagéré la gravité de l’épidémie H1N1. « Nos résultats suggèrent fortement que la grippe A épisode (H1N1) 2009 a eu un impact dramatique sur les attitudes envers la vaccination en général », soulignent les auteurs de l'étude.

Le profil sociodémographique des personnes contre ce type de prévention a lui aussi changé, l’étude prouvant que les réticences se retrouvent davantage chez une population peu éduquée. En effet, si 11 % des personnes sans diplômes se déclaraient contre la vaccination en 2000, elles étaient 48 % en 2010. Parallèlement, les réfractaires aux vaccins comptabilisant au minimum 4 ans d'études supérieures, passaient de 6 % à 23 %.

Montrant également que l'opinion envers la vaccination et le fait de se faire vacciner sont liés, les chercheurs se disent inquiets et n’hésitent pas à déclarer que « ce  phénomène pourrait avoir un impact considérable » et toucher directement les futures campagnes de vaccination. Ils recommandent enfin aux « autorités sanitaires de s'intéresser urgemment au manque de confiance croissant envers la vaccination ».

 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.