Fermer le menu
Menu

L’ADN cachait un autre code génétique

par Mutuelle.fr

L’ADN cachait un autre code génétique

Depuis le décryptage du code génétique dans les années 1960, les scientifiques ont toujours pensé que l’ADN (acide désoxyribonucléique) présent dans les cellules ne comportait que les informations nécessaires à la fabrication des protéines de l’organisme.

Pourtant, selon une découverte publiée dans la revue scientifique américaine Science, le génome utiliserait en réalité le code génétique pour composer deux langages différents. Quand l’un permet la fabrication de protéines, l’autre transmet des ordres aux cellules afin de déterminer comment sont contrôlés les différents gènes. C’est ce qu’explique le Docteur John Stamatoyannopoulos, professeur adjoint de génomique et de médecine à l’Université de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis et co-auteur de la publication. « Pendant plus de 40 ans, on pensait que les changements de l’ADN affectant le code génétique n’avaient un impact que sur la production des protéines », précise-t-il. « Cette découverte révèle que l’ADN est une machine incroyablement puissante à stocker de l’information que la nature a pleinement exploité de façon inattendue », souligne enfin le scientifique. Les chercheurs spécifient aussi que les deux codes se sont conjointement développés. En effet, celui dirigeant les instructions génétiques semblerait aider à stabiliser des caractéristiques bénéfiques des protéines et la façon dont elles sont fabriquées.

Selon ces auteurs, cette découverte devrait avoir des retombées majeures quant à la façon dont le monde scientifique et le monde médical appréhendent le génome d’un malade, et apporter de nouvelles pistes pour diagnostiquer et traiter de nombreuses maladies. « Le fait que le code génétique puisse simultanément écrire deux types d’informations signifie que de nombreux changements dans l’ADN, qui paraissent altérer les séquences des protéines, pourraient en fait provoquer des maladies en perturbant les programmes de contrôle des gènes et même celui de production des protéines en même temps », explique enfin le Docteur Stamatoyannopoulos.

 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.