Fermer le menu
Menu

Une étude remet en cause la mammographie

par Mutuelle.fr

Une étude remet en cause la mammographie

Une étude canadienne publiée le 11 février dans la revue « British Medical Journal » estime que le dépistage régulier du cancer du sein ne permettrait pas de diminuer le taux de mortalité des femmes. L’enquête menée sur près de 90 000 femmes âgées de 40 à 59 ans sur une période de 25 ans, a montré que les femmes qui avaient bénéficié des mammographies annuelles pendant cinq ans n'avaient pas moins de risque de mourir d'un cancer du sein que celles ayant seulement réalisé un examen physique (palpation). En effet, 500 décès par cancer du sein ont été déclarés chez les femmes suivies par mammographies contre 505 décès chez les femmes du groupe témoin. Toutefois, les détections de tumeurs du sein étaient plus nombreuses pour le premier groupe de femmes : 3 250 contre 3 133 pour les femmes non suivies.

Les résultats de cette étude veulent avant tout dénoncer la mise en place de plans de dépistage massifs et inadaptés. Par ailleurs, les directeurs de l’étude critiquent le fait que « les gouvernements, les organismes de financement de la recherche, les chercheurs et les médecins ont intérêt à poursuivre des activités qui sont bien établies ».

De son côté le Dr Jérôme Viguier, directeur du Pôle santé publique et soins de l’Institut national du cancer (INCa), affirme que les programmes de dépistages organisés ont permis de diminuer le taux de mortalité du cancer du sein de 15 à 21 % et de sauver 150 à 300 femmes sur 100 000 sur une période de 10 ans.

Rappelons qu’en France, les femmes âgées de 50 à 74 ans bénéficient tous les deux ans d’une mammographie totalement prise en charge par l’Assurance maladie. 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.