Fermer le menu
Menu

La neknomination : le nouveau jeu mortel

par Mutuelle.fr

La neknomination : le nouveau jeu mortel

Tout le monde a entendu parler de ce phénomène controversé, mais en quoi consiste la neknomination ? Pour comprendre, intéressons-nous tout d’abord à son origine. Venu d’Australie, son nom vient de l’expression « to neck a drink » qui signifie « boire un verre cul-sec ». Le but est simple : se filmer en train de boire un verre d’alcool et inviter trois amis à relever le défi dans les 24 heures suivantes. Ce sont particulièrement les plus jeunes (de 18 à 30 ans) qui postent leur vidéo sur Facebook. La neknomination se caractérise par sa grande puissance virale. En effet, une fois nominé, il est très difficile pour les jeunes de refuser le challenge s’ils ne veulent pas perdre la face. Ce jeu puéril mais populaire, compte déjà plus de 25 000 fans sur la page fan « Neknomination France ».

Un jeu dangereux …

Si les initiés pratiquent la neknomination pour le fun, les conséquences peuvent être plus dramatiques. Selon les médias britanniques, deux Anglais et deux Irlandais sont déjà morts à la suite de ce  « jeu » pas si anodin. Par ailleurs, l’escalade des défis inquiète le ministère de l’intérieur qui appelle à la vigilance via un message posté sur son site internet. Sur celui-ci, il qualifie la neknomination comme « une stupide épidémie » et demande aux jeunes de ne plus poster de vidéos qui pourront à l’avenir, nuire à leur propre image.  

... qui peut être détourné pour la bonne cause

Certains ont décidé de contourner le phénomène pour le rendre vertueux.  Le premier est un Sud-africain qui a profité de sa nomination pour offrir un repas à un sans-abri. Sa vidéo est un véritable succès et a déjà était visionnée plus de 669 000 fois sur Youtube. D’autres internautes se sont inspirés et se filment en train de faire de bonnes actions comme donner son sang, faire un don auprès d’une association, déposer des vêtements, … On appelle ce contre phénomène la smartnomination. Un article du Nouvel Obs’ nous rappelle très justement que « ces tendances ne se forment qu’autour des usages collectifs que l’on choisit de valoriser ». 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.