Fermer le menu
Menu

Les salariés sont favorables à la mutuelle d’entreprise obligatoire

par Mutuelle.fr

Les salariés sont favorables à la mutuelle d’entreprise obligatoire

Le 11 janvier 2013 est une date prégnante qui aura complètement bouleversé le monde des employeurs. L’ANI va contraindre toutes les entreprises à s’organiser en moins de deux ans, pour présenter à leurs salariés une complémentaire santé obligatoire qu’ils devront prendre en charge à hauteur minimale de 50 %. Si côté employeur, cette actualité n’a pas reçu une adhésion totale, une étude initiée par Mercer s’est intéressée à l’opinion des salariés.

Selon les résultats de l’enquête, 71 % des salariés disent vouloir adhérer à une mutuelle d’entreprise s’ils en avaient le choix. Un engouement qui va ainsi dans le sens de la mesure de l’ANI.

Par ailleurs, 66 % des personnes interrogées déclarent préférer « conserver la prise en charge de leur mutuelle par l’entreprise plutôt qu’un abandon de celle-ci contre une hausse équivalente de salaire ».

Denis Campana, directeur Santé prévoyance chez Mercer France, nous explique que « les résultats de notre observatoire confirment un sentiment que nous observions déjà sur le terrain. Malgré une baisse du pouvoir d’achat depuis le début de la crise économique, les Français restent attachés aux garanties de protection sociale proposées par leur employeur. Les mutuelles doivent alors être envisagées comme un véritable levier de motivation pour les entreprises, surtout à une période où les hausses de salaire restent encore limitées ».  

Ce qu’il faut retenir des résultats de cette enquête c’est que les salariés se montrent, pour la grande majorité, enthousiastes à l’instauration d’une mutuelle d’entreprise obligatoire. Une information qui devrait encourager les entrepreneurs dans la mise en place de cette mesure. 

Mots-clés :
comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.