Fermer le menu
Menu

La santé : le volet oublié du gouvernement resserré ?

par Mutuelle.fr

La santé : le volet oublié du gouvernement resserré ?

À l’annonce du nouveau gouvernement resserré de Manuel Valls, Marisol Touraine a été renommée à son poste de ministre. À la différence que son ministère est devenu celui des « Affaires sociales »  et non plus celui des « Affaires sociales et de la Santé » comme c’était le cas sous le gouvernement Ayrault. La disparition volontaire du terme « santé » est mal perçue par la profession qui craint une baisse d’intérêt et d’investissement pour le domaine.

Les principaux acteurs du secteur montent au créneau

Le Conseil de l’Ordre des médecins a indiqué dans son communiqué que « l'objectif d'amélioration de la qualité du système de soins ne peut se réaliser sans l'existence d'un ministère de la Santé de plein exercice » et espère « une réparation de cet oubli ». De son côté, Mickael Benzaqui, porte-parole du principal syndicat d’internes, s’insurge en postant sur les réseaux sociaux : « la santé priorité selon le Président de la République, n'a même pas le droit à un ministère de la Santé ».

Afin d’apaiser ce climat réfractaire, l’entourage de la ministre se montre rassurant en affirmant que le périmètre d’action de Marisol Touraine reste inchangé, sans toutefois préciser si un secrétaire d’État sera nommé pour la Santé.

Les chantiers qui attendent la ministre

Pour ce deuxième bail, Marisol Touraine est attendue sur des sujets pour le moins délicats comme la fin de vie ou encore le financement de la dépendance. Sans oublier les dossiers en cours comme la lutte contre les déserts médicaux, la maîtrise des dépassements d’honoraires et la question du statut des sages-femmes. 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.