Fermer le menu
Menu

Un nouveau calendrier vaccinal face à la méfiance générale

par Mutuelle.fr

Un nouveau calendrier vaccinal face à la méfiance générale

À l’initiative de l’organisation mondiale de la santé (l’OMS), se déroule depuis mardi dernier la semaine de la vaccination dans plus de 200 pays. Profitant de cet évènement d’envergure, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a présenté son plan d’action concernant la vaccination en France et notamment la mise en place d’un nouveau calendrier de vaccination. Il se trouve qu’actuellement, la situation est loin d’être optimale puisqu’environ 30 à 60 % des Français ne sont pas à jour dans leurs vaccins.

 Nouveau calendrier vaccinal : quels changements ?

Pas de grands bouleversements à l’annonce de ce nouveau calendrier qui se veut « simplifié ». Seules quelques nouvelles mesures, mais qui sont loin de concerner la grande majorité des Français :

-  Le vaccin contre la coqueluche est étendu aux adultes en contact avec des nourrissons de moins de 6 mois.

-  Seules 2 doses du vaccin anti-HPV (contre le cancer de l’utérus) sont recommandées pour les adolescentes âgées de 11 à 14 ans (contre 3 doses jusqu’à présent).

-  Des précisions sont également données en matière de vaccination contre les oreillons lors de cas groupés en collectivité, ainsi que sur la vaccination des enfants de 6 à 11 mois exposés à un cas de rougeole.

Pour la ministre, « se vacciner, c'est se protéger mais c'est aussi protéger l'ensemble de la population, c’est un geste civique ». Pourtant les Français sont de plus en plus réticents face à ce procédé médical. L’indice de confiance vis-à-vis des vaccins a même chuté de 6 points en un an (71 %). Et cela s’explique notamment par la controverse autour du vaccin Gardasil (contre le cancer du col de l’utérus) faisant l’objet de plusieurs plaintes pour « blessures involontaires, violation d’une obligation manifeste de sécurité et méconnaissance des principes de précaution et de prévention ». À ce sujet, Marisol Touraine a appelé à  « un débat serein, calme et apaisé » et s’engage à agir en toute transparence.

 Afin d’inciter la population à se faire vacciner, la ministre a présenté un plan d’action pédagogique basé sur trois éléments clés : « Informer, expliquer et être transparent ». Pour cela, une campagne va bientôt être lancée par l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé) afin de promouvoir les rappels de vaccins qui ne sont pas toujours faits à temps. 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.