Fermer le menu
Menu

Résistance aux antibiotiques : une urgence mondiale

par Mutuelle.fr

Résistance aux antibiotiques : une urgence mondiale

Les résultats de l’étude de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) sur la résistance aux antibiotiques sont inquiétants. Le ton employé dans le communiqué de presse se veut grave afin de faire passer un message percutant : la santé publique est menacée.

Une menace grave d’ampleur mondiale

L’analyse a permis de faire état de la résistance actuelle aux antibiotiques à travers plus de 110 pays. Aujourd’hui, les bactéries ont évolué afin de se déjouer des antibiotiques. Ces derniers deviennent moins efficaces et par conséquent, les infections sont plus difficiles à traiter. Ainsi, les périodes de rétablissement deviennent plus longues et le risque de décès augmente. L’étude a notamment montré que 7 bactéries responsables de maladies graves mais courantes (septicémie, diarrhées, pneumonies, gonorrhée et infection des voies urinaires) pouvaient facilement résister à un traitement antibiotique.

Par ailleurs, le rapport insiste sur le fait que toute la population mondiale est concernée par ce phénomène, quels que soient l’âge ou le pays.

 Quels risques ?

« À moins que les nombreux acteurs concernés agissent d’urgence, de manière coordonnée, le monde s’achemine vers une ère post antibiotiques, où des infections courantes et des blessures mineures qui ont été soignées depuis des décennies pourraient à nouveau tuer », affirme le sous-directeur général de l’OMS pour la sécurité sanitaire, le Dr Keiji Fukuda. Pour lui, les conséquences peuvent devenir « dévastatrices ».

 Il faut agir vite

Comment ? Dans son rapport, l’OMS préconise un certain nombre de bons comportements à adopter :

- Prendre des antibiotiques uniquement lorsqu’ils sont prescrits par un médecin

- Terminer le traitement antibiotique, même si notre état s’améliore

- Ne jamais prendre d’antibiotiques issus d’une précédente ordonnance

- Les médecins doivent prescrire des antibiotiques uniquement en dernier recours

 De plus, l’OMS recommande aux équipes de chercheurs de mettre au point de nouveaux traitements afin de continuer d’avoir cette courte longueur d’avance sur la progression des résistances. 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.