Fermer le menu
Menu

Bientôt un code couleur pour classer les aliments ?

par Mutuelle.fr

Bientôt un code couleur pour classer les aliments ?

Une lettre ouverte adressée à Manuel Valls, a été publiée mardi 13 mai suggérant au 1er ministre d’instaurer un code couleur sur les emballages alimentaires. Cette lettre est le fruit d’une pétition dite citoyenne signée par plusieurs sociétés savantes, associations professionnelles, associations de consommateurs et associations de malades. Cette initiative a pour but de rendre l’étiquetage nutritionnel compréhensible et transparent pour les consommateurs afin qu’ils puissent choisir en connaissance de cause les aliments qu’ils achètent. En sensibilisant les consommateurs, ce code couleur va contribuer à lutter contre l’obésité ainsi que d’autres maladies chroniques comme le diabète.

 Un code couleur simple et intuitif

5 couleurs indiqueront le degré de dangerosité de l’aliment : rouge, rose, orange, jaune et vert. Très facilement, on comprend que le vert est attribué au produit ayant une bonne qualité nutritionnelle, contrairement au rouge. Pour encore plus de lisibilité pour le consommateur, ce code couleur sera couplé d’une lettre : « A » pour le vert, jusqu’à la lettre « E » pour le rouge. De surcroît, ce projet prévoit d’apposer cette échelle « sur la face avant des emballages des aliments et boissons, manufacturés pré-emballés et sur tout plat et boisson servis dans le cadre de chaînes de restauration collective ».

Cette classification va ainsi nous permettre de comparer facilement et rapidement des produits d’une même famille (ex : charcuterie), ainsi que des produits équivalents mais de marques différentes. Ce code va enfin nous permettre de déjouer les astuces marketing qui nous égarent avec des tableaux nutritionnels souvent illisibles et incompréhensibles par les non-initiés.

 Visualisez la vidéo de présentation de ce projet.

 Une initiative qui doit faire face à quelques obstacles

Instaurer un tel système, c’est affronter de puissants lobbys industriels. Plutôt que de les considérer comme des adversaires, les organismes à l’initiative de cette lettre ouverte estiment que cette classification va leur permettre d’améliorer leur offre. Un indicateur négatif (exemple : une pastille rouge) incitera sans nul doute l’industriel à améliorer la qualité nutritionnelle de son produit afin d’obtenir une meilleure notation ainsi que les préférences clients. Par exemple au Royaume-Uni où ce système existe déjà, Mc Cain a revu la composition de ses plats surgelés pour obtenir une couleur plus favorable.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.