Fermer le menu
Menu

Écourter le séjour à la maternité : une solution pour faire des économies

par Mutuelle.fr

Écourter le séjour à la maternité : une solution pour faire des économies

L’Assurance Maladie présente ce jeudi en conseil d’administration, les solutions qu’elle envisage pour réduire les dépenses santé. Séjour à la maternité écourté, nombre d’IRM limité, faire du dépistage du cancer du sein une priorité, recourir davantage à la chirurgie ambulatoire… Voici en détail ce que propose l’Assurance Maladie.

 Des séjours en maternité plus courts

La durée moyenne d’un séjour après la naissance d’un enfant est de 4,2 jours en France, soit 1,2 jour de plus que pour les autres pays développés qui pratiquent l’accouchement par voie basse. L’Assurance Maladie estime  que « réduire la durée du séjour en maternité est tout à fait possible » et permettrait d’économiser 280 millions d’euros. Pour ne pas délaisser les nouveaux parents, il est prévu d’étendre le programme PRADO lancé en 2010. Celui-ci permet aux heureux parents de bénéficier d’un accompagnement à domicile à la sortie de la maternité. « La mise en place de ce suivi organisé permet d'accompagner dans de bonnes conditions la réduction des durées de séjour » juge l’Assurance Maladie.

Moins d’IRM

Selon les consignes de la HAS (haute autorité de la santé), toute IRM doit être précédée par une analyse radiographique. Or, 52 % des personnes ayant bénéficié d’une IRM pour les membres inférieurs, ne sont pas préalablement passées par la case radiographie.  L’Assurance Maladie estime que ce passage forcé permettrait de réduire de 15 % le nombre d’IRM pour les membres inférieurs.

Cancer du sein : prévenir plutôt que guérir

Le cancer du sein pèse lourd dans la balance des dépenses puisque son coût est estimé à 2,3 milliards d’euros pour l’année 2012. Parallèlement, le taux de dépistage reste insuffisant, or il permet à la fois d’augmenter significativement le taux de survie et de réduire la durée des soins. C’est pourquoi l’Assurance Maladie souhaite mettre en œuvre un plan de dépistage colossal.

Priorité à la chirurgie ambulatoire

Des séjours hospitaliers ne dépassant pas plus d’une journée (le patient est admis et sort de l’établissement le même jour que l’opération), voici en quoi consiste la chirurgie ambulatoire. Si cette pratique se développe de plus en plus, l’objectif fixé par le Ministère de la Santé est d’atteindre un taux de 55 % d’ici 2017. Cette solution permettrait de réaliser 1 milliard d’euros d’économie.

Des ordonnances moins fournies

Les médecins vont devoir avoir la plume plus légère sur les prescriptions pharmaceutiques. La Sécurité sociale estime qu’il est possible d’économiser jusqu’à 400 millions d’euros rien qu’en raccourcissant les ordonnances. 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.