Fermer le menu
Menu

Pour la rentrée, les étudiants devront cotiser davantage à la Sécurité sociale étudiante

par Mutuelle.fr

Pour la rentrée, les étudiants devront cotiser davantage à la Sécurité sociale étudiante

Un arrêté du 5 août 2014 dispose que la cotisation forfaitaire d’assurance maladie due par les étudiants pour l’année universitaire 2014-2015 s’élèvera à 213 euros, contre 211 euros l’an dernier. Une augmentation de deux euros qui dérange mais qui permet à 55.000 nouveaux étudiants de devenir boursier.

Toujours plus de boursiers

55.000 boursiers de plus, voici la nouveauté de la rentrée 2014-2015, grâce à la création du nouvel échelon « 0 bis ». Benoît Hamon, ministre de l'Éducation nationale, et la secrétaire d'État chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, ont d’ailleurs promis hier « la revalorisation de l’ensemble des bourses sur critères sociaux à hauteur de 0,7 % », ce qui représente tout de même 13 millions d’euros. Or, les boursiers, dont le nombre augmente considérablement, sont exemptés de cotisations à la Sécurité sociale étudiante, d’où cette hausse de 2 euros dont vont pâtir tous les autres étudiants.

Une augmentation à double tranchant

« Une fois de plus, c’est une occasion manquée par le gouvernement de démontrer que la jeunesse est sa priorité » déclare la PDE (Promotion et Défense des Etudiants). Une accusation qui révèle un ras-le-bol général de la part de la population étudiante qui voit son peu de pouvoir d’achat diminuer chaque année. En effet, selon une étude de l’Unef (Union nationale des étudiants de France) publiée le 17 août, le coût de la vie étudiante augmente de 2% tandis que la Fage, deuxième organisation étudiante, dénonce dans une enquête parue hier, une hausse de 1,5% du coût de la rentrée universitaire en 2014. On comprend donc, bien que cela semble peu, que deux euros de plus à payer n’arrangent rien. Surtout lorsque l’on a vent des études de l’INSEE, dont une qui déclare que les prix des produits de santé ont diminué sur les douze derniers mois de 3,5%, contrairement aux services de santé qui eux ont bel et bien augmenté (+1,2%). C’est pourquoi les étudiants choisissent, pour 13.2% d’entre eux, de renoncer au suivi médical faute de moyens selon l’Observatoire de la Vie Étudiante.  

Malgré ce constat peu flatteur, il est évident que la protection d’une assurance maladie se révèle indispensable en cas de maladie ou de maternité.

Petit rappel

Enfin, et parce que l’on sait que tout cela est bien compliqué, nous vous rappelons que cette cotisation à la Sécurité sociale étudiante est à renouveler chaque année et est obligatoire pour les étudiants âgés de 20 à 28 ans sauf :

  • s'ils sont boursiers,
  • s’ils sont affiliés à un autre titre,
  • s’ils sont ayant droit d'un conjoint non étudiant,
  • si un de leurs parents est agent de la SNCF.

De même, il est bon de préciser que la Sécurité sociale étudiante est souscrite auprès de deux organismes entre lesquels il faut faire un choix : il s’agit de la LMDE, mutuelle étudiante nationale, ou des mutuelles régionales du réseau EmeVia (Smerep pour la région parisienne et Smerra en Rhône-Alpes par exemple). Si vous souhaitez être davantage remboursé pour vos soins, vous pouvez toujours choisir une complémentaire santé (gérée ou non par l’organisme choisi pour votre Sécurité sociale), mais il est conseillé de se renseigner en amont de ce dont bénéficient vos parents en matière de protection santé afin de définir vos réels besoins.

Trouvez la complémentaire santé qui vous correspond, à partir de 5.74 euros par mois.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.