Fermer le menu
Menu

L’aspirine, remède contre le cancer ?

par Mutuelle.fr

L’aspirine, remède contre le cancer ?

De nouvelles études britanniques viennent confirmer les précédentes recherches menées sur la prévention du cancer grâce à l’aspirine. Utilisé depuis plus de cent ans contre la douleur, la fièvre et les inflammations, ce médicament semble apporter aujourd’hui de nouvelles solutions en termes de traitement contre les risques de métastases.

Parues en décembre 2010, les premières études révélaient qu’un traitement à base d’aspirine pour une dose de 75 mg, pris au quotidien pendant quatre ans, permettait de réduire d’environ 20 % du risque de décès par cancer chez 25 000 patients. Après cinq ans de traitement, elle atteignait les 40 %.

Aujourd’hui, des chercheurs britanniques confirment, au travers de trois nouvelles études, la réduction des décès et du risque de tumeurs malignes. Ces recherches montrent également une réduction du risque de cancer avec métastases, particulièrement sur les tumeurs les plus fréquentes comme les adénocarcinomes.

Les bénéfices de l’aspirine contre le cancer semblent se préciser. Il est néanmoins trop tôt pour généraliser le traitement comme le souligne Peter Rothwell, fondateur de l’Unité de recherche sur la prévention des accidents vasculaires cérébraux à l’université d’Oxford.

De plus, l’aspirine présente un inconvénient majeur : il fluidifie le sang et provoque des saignements. Même s’il a été constaté que le risque hémorragique était beaucoup plus fort au début du traitement et qu’il s’estompe avec le temps, il en réduit les bénéfices du médicament.

Ces seules études ne peuvent aboutir à la recommandation d’une prise quotidienne d’aspirine en prévention du cancer, constatent Anne-Odile Hueber et Fabio Calvo, respectivement spécialiste du cancer à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale à Nice et directeur de la recherche à l’Institut National du Cancer (INCa). Des essais cliniques plus poussés, devront notamment déterminer à partir de quel âge l’aspirine peut être administrée, soit en prévention, soit pour éviter les risques de métastases ou les récidives. Il appartient maintenant aux organismes publics comme l’INCa ou à des homologues internationaux de poursuivre les recherches sur deux nouveaux axes : le premier étant de comprendre les mécanismes moléculaires liés à l’effet de l’aspirine sur la maladie, le second, de créer un médicament hybride permettant d’éviter les effets indésirables.

Ces essais permettront également de comprendre pourquoi la prise d’aspirine un jour sur deux n’aboutit pas aux mêmes effets qu’une prise régulière.

Dès l’an prochain, la publication de nouveaux résultats d’essais cliniques sur la prise d’aspirine en prévention du cancer et des risques cardio-vasculaire menés aux Etats-Unis sont attendus. Ils devront déterminer si les effets de l’aspirine pris à faible dose sont efficaces chez des femmes vraisemblablement en bonne santé.

L’aspirine et ses effets sur l’organisme :

- Il prévient des maladies cardio-vasculaires en fluidifiant le sang, ce qui permet de prévenir la formation de caillots sanguins susceptibles de provoquer un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Plusieurs études démontrent qu’un traitement à base d’aspirine serait particulièrement efficace pour les patients ayant déjà subi un premier accident vasculaire.

- L’aspirine, soulage la douleur. Qu’elle soit sous forme de migraine, de mal de dos ou de mal de dents, l’aspirine est un bon remède même si aujourd’hui il est plus courant de prendre du paracétamol.

- L’aspirine fait baisser la fièvre car il permet de réduire la production de prostaglandines dans l’hypothalamus, agissant ainsi directement sur la température du corps.

- L’aspirine traite l’inflammation en bloquant la production de prostaglandines. Certains rhumatismes sont ainsi soulagés sans risque de dépendance ni d’intolérance.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.