Fermer le menu
Menu

La prévention santé est la clef de (presque) tous les maux, selon l'OMS

par Mutuelle.fr

La prévention santé est la clef de (presque) tous les maux, selon l'OMS

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié hier, 16 millions de décès liés à des maladies non transmissibles pourraient être évités grâce à des mesures préventives.

Et pour vous, qu’est-ce que ça change ?

Si l’OMS convainc les différents pays d’adopter des systèmes de prévention et plus particulièrement la France, cela ne peut que nous promettre un avenir meilleur en matière de santé.

Quel est le contexte ?

On déplore chaque année 38 millions décès dus à des maladies non transmissibles comme le diabète, le cancer ou encore les maladies cardiaques et pulmonaires. 

Mais certains pays sont plus à plaindre que d’autres et plus particulièrement les pays à revenu faible et moyen (3/4 des décès soit 28 millions). En effet, l’Afghanistan, les Fidji, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, la Mongolie et le Guyana ont pour point commun leur taux de décès prématurés particulièrement élevé. Autre chiffre inquiétant est celui du nombre de personnes souffrant d’obésité ; pour exemple, 42 millions d'enfants âgés de moins de cinq ans sont obèses, une obésité dont le risque est de développer d’autres maladies comme l’hypertension. Et ces résultats n’ont cessé d’augmenté d’année en année.

Néanmoins, ces différents chiffres ne sont pas une fatalité comme l’explique la Docteure Margaret Chan, directrice générale de l’OMS : « la communauté internationale a la chance de pouvoir changer le cours des maladies non transmissibles ». En effet, parmi ces 38 millions de victimes, 16 millions pourraient être épargnés.

De fait, nous avons conscience que certaines de ces maladies sont étroitement liées à la consommation et à l'hygiène de vie :

  • 1,7 million de décès dus à l'excès de sel dans l'alimentation,
  • 3,2 millions de décès dus à l'absence d’exercice physique,
  • 3,3 millions de décès dus à l'alcool,
  • 6 millions de décès dus au tabac.

Ainsi, la solution semble simple : faire en sorte que nous adoptions enfin une vie saine.

Quelles sont les solutions ?

En 2013, l’OMS a décidé de lancer un plan d’action comportant neuf objectifs dont le but principal est de réduire le nombre de décès prématurés de 25% et ce, entre 2013 et 2020. Un plan d’action qui a évidemment un coût. Selon l’OMS toujours, les campagnes de prévention pourraient coûter 11,2 milliards de dollars par an, soit trois dollars par personne seulement ! Une somme dérisoire quand on sait que cela peut sauver des milliers de vie. Margaret Chan explique d’ailleurs qu’« en investissant entre un et trois dollars par an et par personne, les pays pourraient fortement diminuer le nombre de patients et de décès dus à ces maladies non transmissibles » sans quoi « des millions de vie seront à nouveau perdues trop tôt ».

Il apparaît donc primordial de mener des politiques anti-alcool, anti-tabac ou encore en faveur d’activités physiques... et certains pays ont déjà commencé !

Des résultats déjà prometteurs

Face à l’arrivée de ce plan d’action, certains pays se sont montrés très bons élèves. En Hongrie par exemple, la consommation de boissons sucrées a baissé de 30% environ suite aux différentes campagnes ayant pour but de dénoncer les dangers du sucre. De même, grâce à la hausse du prix du tabac combinée à des avertissements sur les paquets de cigarettes, la Turquie a enregistré une baisse du nombre de fumeurs de 13,4% entre 2008 et 2012. Ce qui est encourageant. Pour finir, l'Argentine, le Mexique, le Brésil, le Chili, les Etats-Unis et le Canada ont tous lancé des campagnes pour prévenir la surconsommation du sel dans l’alimentation.

 

Seul l’avenir nous dira si ces campagnes de prévention auront raison de ces maladies prévisibles.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.