Fermer le menu
Menu

E-santé : De nouvelles solutions au service de votre santé

par Mutuelle.fr

E-santé : De nouvelles solutions au service de votre santé

Tous les secteurs d’activité sont de plus en plus connectés et la santé n’y a pas échappé. De nombreuses start-ups notamment françaises se sont ainsi lancées dernièrement dans la « e-santé ».

Et pour vous, qu’est-ce que ça change ? Un des avantages de l’explosion du numérique est la quantité de données qui est stockée. Il est désormais possible de les configurer afin qu’elles livrent des informations telles que votre degré de diabète en temps réel, le médicament le mieux adapté à votre profil… L’utilisation de ces données peut donc être très efficace pour suivre votre état de santé, votre guérison mais également pour la recherche. Ainsi, ces start-ups pourraient vous permettre de mieux contrôler votre corps, d’être mieux guéri mais aussi de prévoir plus facilement les risques de maladie et donc d’économiser dans votre budget santé.

De la recherche à la guérison, tous les secteurs de la médecine sont concernés

En marketing, on parle aujourd’hui beaucoup de l’explosion du « big data ». Il s’agit en fait du phénomène d’accumulation des données liée au passage au numérique. Toutes ces données constituent des bases que des systèmes classiques de gestion ont du mal à exploiter. C’est ainsi que dans beaucoup de secteurs, des entreprises se spécialisent dans la gestion de ces données.

D’après un rapport du cabinet Ernst & Young (novembre 2014), la santé est un des secteurs les plus porteurs en terme de big data. En effet, le marché de l’e-santé est d’environ 2,4 milliards d’euros (source Xerfi Precepta) et devrait progresser de 4 à 6 % par an d’ici 2017.

La e-santé intéresse des entreprises et des professionnels à plusieurs niveaux :

  • La médecine participative, c’est à dire la collecte des données de santé. Il s’agit par exemple de suivre l’évolution du taux de glucose d’un diabétique en temps réel, les informations étant transmises automatiquement vers le smartphone du médecin (Diabeo by Sanofi).
  • La médecine personnalisée consistant à utiliser les données génétiques du patient afin de lui proposer le meilleur traitement possible. Particulièrement efficace pour les cancers du sein et du colon ainsi qu’en pédiatrie.
  • La médecine pertinente : des logiciels puissants prennent en compte plusieurs variables telles que les remarques du médecin, les antécédents familiaux ou encore les résultats d’analyse afin de faire le diagnostic le plus précis possible.
  • La pharmacovigilance. Il peut s’agir d’une collecte de données grâce à des bracelets connectés afin d’avoir des informations quant aux effets secondaires d’un médicament.
  • La recherche : orienter les recherches et établir des hypothèses à partir de véritables tendances.

Le big data  peut également être utilisé par des organismes d’assurance afin de mieux orienter leurs offres et pas forcément dans l’intérêt de l’assuré. Un autre danger pourrait être la baisse des consultations chez le médecin, les individus pouvant faire leur propre diagnostic.

L’ouverture des données de santé fait partie des sujets abordés dans le projet de loi de santé actuellement débattu à l’Assemblée.

De nombreuses start-ups se sont lancées

Google a été l’un des premiers à investir dans la e-santé. Ils ont d’abord financé une start-up visant à lutter contre le cancer en analysant les données de plusieurs millions de patients. Google Flu Trends a ensuite eu pour objectif de mieux gérer la diffusion des épidémies. Google travaille actuellement sur le dépistage de maladies à partir des données génétiques.

Grâce à de grands groupes tels que Sanofi mais également avec l’émergence de plusieurs incubateurs notamment à Paris et Toulouse, de nombreux projets sont également apparus en France :

  • I-Pact a mis au point un algorithme permettant de suivre à distance la douleur des patients.
  • Quinten a élaboré un algorithme permettant l’amélioration de l’analyse des essais cliniques afin de valoriser les données biomédicales.
  • AED Map vient en aide aux administrations en récoltant toutes les données liées aux défibrillateurs cardiaques.
  • Healthysium souhaite lutter contre le diabète et l’obésité grâce à un protocole de sélection de molécules.
  • Bodycap a mis au point un suivi des températures en temps réel.
  • Eeleo a créé un boitier de surveillance permettant de collecter les données médicales de certains patients.
  • Khresterion édite un logiciel d’aide à la prise de décision grâce à l’intelligence artificielle afin d’aider les professionnels de santé à mieux diagnostiquer les cancers et le diabète.

L’interprétation des milliards de données collectées chaque jour peut être très précieuse pour le milieu médical. Il s’agit seulement d’utiliser ces moyens révolutionnaires à bon escient. 

 

A lire également :

 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.