Fermer le menu
Menu

E-santé : le Docteur Google à la conquête du monde

par Mutuelle.fr

E-santé : le Docteur Google à la conquête du monde

Alors que le débat sur l’utilisation des données médicales bat son plein à l’Assemblée, Google continue sa conquête du secteur médical.

Et pour vous, qu’est-ce que ça change ? L’émergence d’Internet et des nouvelles technologies a certainement changé votre attitude à propos de votre santé. Google et des sites comme Doctissimo sont devenus de véritables sources d’information alors que des applications plus ou moins fiables peuvent vous permettre un diagnostic rapide. Afin de faire les meilleurs choix pour votre santé, il est primordial d’adopter un comportement adéquat face à ces nouveaux outils autant révolutionnaires que dangereux.

La santé face aux nouvelles technologies

Comme nous l’évoquions récemment, un des défis du secteur de la santé est de se mettre à l’heure du big data. Des millions de données sont récoltées chaque jour et savoir bien les utiliser pourrait permettre de réaliser des avancées considérables dans la lutte contre les maladies, etc. Par exemple, une machine comme Google pourrait réussir à séquencer l’ADN d’une tumeur, soit 20000 milliards d’informations alors qu’un médecin en serait incapable.

Cependant, on peut craindre la déshumanisation de la médecine et le dépassement des limites de la condition humaine. En effet, l’ « homme 2.0 » peut vivre avec un cœur artificiel, des bras bioniques, une rétine artificielle, bientôt avec des reins ou un foie électroniques…  Ainsi, non seulement l’utilisation du big data et des nouvelles technologies a pour objectif de mieux se soigner mais il a également pour but de repousser la mort, ce qui impose un débat éthique.

Une des nouvelles technologies à la mode en termes de santé est l’application mobile. En effet, tous les jours naissent des applications ayant pour but de veiller sur notre santé (suivi du diabète, du rythme cardiaque…). La fiabilité médicale n’est pas toujours vérifiée et les diagnostics établis par l’application peuvent donc s’avérer inexacts, ce qui pourrait mettre en danger la santé des utilisateurs. De plus, si une application arrive à diagnostiquer les maladies, pourquoi continuer à consulter un médecin pour obtenir des médicaments ?

Google est un précurseur dans ce domaine

De nombreuses marques se sont lancées dans la e santé dont les entreprises du GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) souhaitant mettre au profit du secteur de la santé leur notoriété, leurs moyens ainsi que la quantité de données qu’ils stockent chaque jour.

Google notamment a lancé plusieurs projets :

  • Knowledge Graph (2012) : l’objectif est de trier les résultats liés à des requêtes médicales et à les mettre à droite des résultats de recherche. Seuls certains sites choisis par Google pourront ressortir afin que l’utilisateur puisse avoir des contenus fiables pour répondre aux interrogations qu’il se pose.
  • Calico (2013) : un projet visant à s'attaquer au défi "de l'âge et des maladies associées" à l’aide de la biotechnologie.
  • Un bracelet anti-cancer (en projet) : il pourra idéalement détecter et supprimer toutes les cellules cancéreuses avant même qu’elles se manifestent cliniquement. Le patron de Google X Life Science, Andrew Conrad, assure « avoir déjà beaucoup avancé et être très confiant quant à la possibilité que cela marche ».

Une étude australienne vient de montrer que les requêtes que l’on fait sur les moteurs de recherche pourraient servir à prédire les risques de maladies non transmissibles.  Les résultats de Google Trends et du Centre for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis à propos de la fréquence des maladies des Etats sont sensiblement similaires, ce qui démontre la puissance du moteur de recherche Google et son utilité pour la médecine.

Ce résultat peut s’expliquer par les nouveaux comportements des gens quant à leur santé. Près de 70 % des Français vont sur Internet et consultent des sites spécialisés ou des forums, pour chercher des réponses à leurs questions en matière de santé. Google peut donc être à même de faire des prévisions et des recommandations à partir d’une quantité de données gigantesque.

La loi santé propose d’encadrer ces pratiques

Google s’est lancé dans le secteur de la santé car ceci correspondait à ses valeurs et à sa volonté de changer le monde. Mais Google reste une entreprise commerciale et son objectif sous-jacent est la récolte des données à des fins publicitaires.

Il s’agit donc d’encadrer ces projets en insistant sur 3 points majeurs :

  • la fiabilité et l’ergonomie : les résultats présentés par un algorithme doivent être reconnus scientifiquement et présentés de manière claire et sans équivoque
  • la garantie du respect de la confidentialité et de la non-utilisation des données dans un but commercial. Tout doit bien être sécurisé.
  • la qualité de l’information

La puissance publique a un grand rôle à jouer. Elle doit avant toute chose être en mesure d’informer les citoyens sur la fiabilité des différents outils à l’aide de guides d’évaluation reconnus scientifiquement, techniquement et éthiquement.

Le projet de loi santé en France prévoit d’ailleurs des prérogatives en termes de secret médical et de respect de la vie privée. L’objectif n’est pas de limiter l’usage du big data mais au contraire de pouvoir rendre publiques des milliards de données (causes de décès…) de façon totalement anonyme. Un comité d’experts veillera à ce que ces données soient utilisées à bon escient. Seules des entreprises habilitées y auront accès, les laboratoires pharmaceutiques ou les sociétés d’assurance devant prouver d’autant plus leur bonne foi.

 

Pour en savoir plus :

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.