Fermer le menu
Menu

La médecine personnalisée est-elle l’avenir de la médecine ?

par Mutuelle.fr

La médecine personnalisée est-elle l’avenir de la médecine ?

Les 15 et 16 avril derniers, se tenait à Lyon le forum Biovision ayant pour thème cette année la médecine personnalisée. De quoi s’agit-il ?

Et pour vous, qu’est-ce que ça change ? La médecine personnalisée a permis de faire d’énormes progrès dans le traitement de plusieurs pathologies telles que le cancer, le diabète, la mucoviscidose, la grippe… De nombreux projets voient ainsi  le jour afin de traiter les maladies d’une manière plus précise et participative. Ils pourraient vous permettre de diagnostiquer plus clairement les maladies et donc de pouvoir les traiter plus efficacement.


La médecine personnalisée est en plein essor

La médecine personnalisée a pour objectif l’adaptation du traitement de différentes maladies aux particularités de chaque patient. Elle a initialement été utilisée dans la lutte contre le cancer mais s’est ouverte dernièrement à d’autres pathologies telles que les maladies chroniques comme le diabète, la mucoviscidose ou encore la grippe.

Le développement de la médecine personnalisée est indissociable de l’émergence de la e-santé et du développement de nombreuses technologies de traitement des données médicales. Ainsi, les biomarqueurs, les analyses génétiques, les diagnostics des médicaments sont désormais traités par des systèmes pouvant interpréter des milliards de données statistiques. Ces dernières sont ensuite utilisées afin de personnaliser les traitements à administrer.

Un des objectifs majeurs de la médecine personnalisée est d’améliorer la prévention en identifiant les différents facteurs génétiques étant à l’origine de certaines maladies.

Le marché de la médecine personnalisée était de 21 milliards d’euros de ventes en 2011, selon les chiffres communiqués au forum Biovision de Lyon. Aujourd’hui, il ne représente que 5% des revenus de l’industrie pharmaceutique mondiale mais la part pourrait être de 20% en 2017.

"La médecine de demain passe par une approche personnalisée de la prévention et du traitement des maladies en fonction du profil spécifique de chaque patient. Ces progrès doivent cependant encore être encore mieux connus, mieux compris, et rendus accessibles au plus grand nombre. La question de l'accès aux soins pour les pays en voie de développement reste essentielle car la santé ne peut être que globale", résume Alain Mérieux, président de la Fondation pour l'Université de Lyon, qui organise Biovision.

 

Cancers, diabète, mucoviscidose… Elle couvre de nombreuses maladies

La médecine personnalisée a commencé à être utilisée pour traiter les cancers. Elle faisait partie des 4P avec la médecine prédictive, préventive et participative. Dans le cadre du plan cancer, il y a aujourd’hui 28 plateformes de génétique moléculaire qui interviennent dans le diagnostic. Il y a également plus de 1500 molécules en développement dans les entreprises pharmaceutiques afin de cibler plusieurs sources potentielles de cancer.

Le diabète est également de plus en plus concerné par la médecine personnalisée. Affectant aujourd’hui plus de 300 millions de personnes, cette maladie chronique est liée à des milliers de facteurs différents qu’il convient d’identifier au mieux afin d’avoir un traitement efficace pour chaque patient. 

Les traitements de la mucoviscidose sont également de plus en plus personnalisés. Jusqu’ici, cette grave affection des voies respiratoires et digestives concernant près de 70 000 personnes dans le monde était traitée par des aérosols, des antibiotiques ou la kinésithérapie. Ici encore, l’idée est d’étudier les mutations génétiques de la maladie afin de la traiter au mieux. Cependant, il n’est pas prévu d’abandonner le « traitement classique » de la maladie, comme l’affirme Isabelle Durieu, médecin spécialiste au CHU de Lyon : "Ces médicaments correcteurs seront sans doute un jour aussi combinés à la thérapie génique."

 

Ariana Pharma et Kyomed : 2 projets français prometteurs

Le projet Kyomed se situe dans la perspective des 4P : médecine personnalisée, prédictive, préventive et participative. Leur idée est de proposer à des groupes ou PME dans le domaine de la santé de réaliser des études sur des patients ou des professionnels. En testant un ensemble de population très large, ces études pourraient permettre de développer des dispositifs de santé spécifiques.

Ils proposeraient pour cela d’accompagner les patients dans leur prise de médicaments mais également les médecins en facilitant leur suivi à distance de la prise de traitement par exemple.

Le projet n’est pas encore définitivement lancé ; ils viennent juste de terminer une étude sur 120 personnes afin de voir ce qui est le plus intéressant à développer à la fois pour les patients et les médecins.

«Notre objectif est de développer des études à l'échelle internationale. C'est encore inédit, mais faire des tests sur une population à grande échelle est le meilleur moyen de trouver des solutions adaptées au plus grand nombre» conclut Daniel Laune, PDG de Kyomed.

 

Quant à Ariana Pharma, elle travaille sur un logiciel d’aide au diagnostic et à la prédiction pour les tumeurs cancéreuses.

Ariana Pharma est spécialisée dans le traitement des mégadonnées appliquées au secteur de la santé : données cliniques, génétiques, génomiques… Ils ont pour concurrent notamment IBM qui travaille sur la détection de certains cancers.

L’objectif de ce logiciel est simple comme le résume Mohammad Afshar, président et fondateur d'Ariana Pharma : «Pour chaque malade, notre outil, Onco Kem, analyse quelque 20.000 marqueurs biologiques que nous combinons entre eux de manière à proposer les meilleurs traitements spécifiques au patient et ses tumeurs cancéreuses.».

 

A lire également :

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.