Fermer le menu
Menu

Les contrats de complémentaire santé sont-ils illisibles ?

par Mutuelle.fr

Les contrats de complémentaire santé sont-ils illisibles ?

1 français sur 3 ne comprend pas les conditions de son contrat de complémentaire santé. Pourquoi ? Que faire ?

Et pour vous, qu’est-ce que ça change ? Malgré les efforts des différents acteurs dans le domaine de l’assurance santé, un certain nombre d’entre vous rencontrez toujours des difficultés à comprendre les contrats que vous signez. Il est important pour vous de connaître les ressources que vous avez à votre disposition afin de vous aider à mieux appréhender les garanties, les niveaux de remboursement…

Une volonté de simplification de la part des assureurs

En octobre 2010, l’Union Nationale des Organismes d’Assurance Maladie Complémentaire (UNOCAM) représentée par la Mutualité française, la FFSA, le CTIP, la FNIM, le GEMA et l’UNOCAM avait signé une « déclaration commune portant engagement de bonnes pratiques sur la lisibilité des garanties de complémentaire santé ».  Parmi ces engagements :

  • Harmonisation des garanties à l’aide d’un glossaire
  • Conformité des garanties à l’environnement législatif et règlementaire
  • Tous les pourcentages doivent être clairement expliqués
  • Disparition des termes  « tarif de convention », « tarif d’autorité », « tarif de responsabilité », « tarif opposable » au profit de la notion de « base de remboursement».
  • Présentation compréhensible des garanties et des niveaux de prise en charge dans les différents documents

L’UNOCAM a également conçu un guide : Complémentaire santé : trois clés pour bien choisir. Après avoir testé  le document auprès de différentes associations de malades ou de consommateurs, il a été publié le 13 février 2013 et est accessible à tous.

L’ensemble des membres signataires assurent faire tous les efforts nécessaires pour améliorer constamment la qualité d’information et les services qu’ils rendent à leurs assurés.

Un constat alarmant

Cependant, une enquête menée par l’IFOP - auprès d’un échantillon de 1339 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogé du 18 au 20 mars 2015 – a fait le constat que 33% des français ne comprennent pas l’ensemble des niveaux et conditions de remboursements proposés par leur complémentaire.

Les efforts fournis par les membres de l’UNOCAM n’étaient-ils que de la poudre aux yeux ? En tout cas, les chiffres de l’enquête sont relativement inquiétants : 27% comprennent assez mal les garanties de leur contrat de complémentaire santé, 6% les comprennent très mal, 47% les comprennent assez bien et seulement 18% les comprennent très bien.

En fonction du profil et de l’âge du répondant, les résultats sont différents.

Ainsi, les seniors comprennent en moyenne mieux le contenu des garanties que les adolescents ou jeunes adultes : 79% des 65 ans contre 57% chez les 18-34 ans. 

Les actifs comprennent également moins bien le contenu des garanties : 62% contre 77% des retraités. L’Ifop amène une explication à cette différence : « Bon nombre de retraités, ne souhaitant ou ne pouvant conserver la mutuelle de leur ancienne entreprise, sont amenés à souscrire un contrat de complémentaire santé à titre individuel : de ce fait, ils ont logiquement une connaissance précise des garanties incluses dans le contrat qu’ils ont eux-mêmes choisi ».

Il y a également des distorsions en fonction de l’activité : 70% des cadres interrogés connaissent les détails de leur complémentaire santé contre seulement 61% pour les ouvriers et les employés et 58% pour les professions intermédiaires.

 

Face à cette situation, des comparateurs d’assurances ou de mutuelles comme mutuelle.fr proposent des guides afin d’aider les assurés à mieux comprendre le fonctionnement des complémentaires santé. Il peut s’agir par exemple d’outils d’aide au choix des garanties.

Retrouvez nos guides ici :

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.