Fermer le menu
Menu

Les complémentaires sont-elles en bonne santé ?

par Mutuelle.fr

Les complémentaires sont-elles en bonne santé ?

Le marché de la complémentaire santé se porte bien mais a beaucoup changé depuis quelques années. Quels enseignements pouvons-nous en tirer ?

Et pour vous, qu’est-ce que ça change ? L’état de santé financier des complémentaires santé pourrait bien influencer le vôtre. En effet, une mauvaise gestion de la part des complémentaires se répercuterait directement sur le montant de vos cotisations. Il est donc important pour vous de connaître ce marché afin de faire le meilleur choix de mutuelle et économiser dans votre budget santé.

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (Drees) vient de publier un rapport à propos de la situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé. Voici les grandes lignes de cette étude. Tous les chiffres datent de l’année 2013.

De moins en moins d’acteurs

33 milliards d’euros de cotisations ont été collectées en 2013, le marché ayant dégagé 228 millions d’euros d’excédents (0.7% des primes collectées).

On dénombre au total 974 entreprises pratiquant des activités d’assurances en santé, soit 4% de moins qu’en 2012. C’est la fusion de plusieurs mutuelles qui explique en grande partie cette baisse. Il y a en effet 2 fois moins de mutuelles en 2013 par rapport à 2006. Les organismes d’assurance et institutions de prévoyance se sont de plus en plus diversifiés dans la santé mais les mutuelles, historiquement spécialisées sur la santé,  continuent de dominer le marché.

On dénombre aujourd’hui 64% d’acteurs en moins sur le marché de l’assurance santé par rapport à 2001 mais on retrouve des groupes plus puissants. La plupart des organismes a été excédentaire en 2013.

Contrats individuels ou collectifs ?

Les contrats individuels représentent quasiment la moitié du marché de la santé. Ils sont le plus souvent proposés par des mutuelles et des sociétés d’assurance «non vie ». En 2013, 71% des primes des mutuelles et 77% de celles des sociétés d’assurance non-vie étaient liées à des contrats individuels.

L’autre moitié des contrats sont dits collectifs. Ils couvrent les salariés, les anciens salariés, les chômeurs, les retraités, etc. Les contrats collectifs sont dominés par les sociétés d’assurance mixte mais surtout par les institutions de prévoyance. Ils représentent 87% des primes pour les institutions de prévoyance et 77% pour les sociétés d’assurance mixte.

De plus en plus de charges

Les frais de gestion (frais d’acquisition et d’administration) des différents acteurs ont connu des bouleversements.

Les charges sont en moyenne plus élevées pour les sociétés d’assurance : 23% des primes en moyenne contre respectivement 18% et 13% pour les mutuelles et institutions de prévoyance. La part n’a changé que pour les institutions de prévoyance (un point de moins comparé à 2012).

Les frais d’acquisition (publicité, réseau commercial…) respectent la même hiérarchie mais les mutuelles se distinguent par leurs importants frais d’administration (encaissement des primes, frais de réassurance…) : 9% des primes en 2013, contre 6% pour les sociétés d’assurance et 3% pour les institutions de prévoyance.

A lire également :

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.