Fermer le menu
Menu

L’e-cigarette, bientôt interdite dans les lieux collectifs ?

par Mutuelle.fr

L’e-cigarette, bientôt interdite dans les lieux collectifs ?

Depuis quelques années, l’e-cigarette s’invite en terrasse, au restaurant et dans les poches de fumeurs, désireux de se défaire du tabac. Elle a petit à petit su s’imposer comme un outil de sevrage tabagique et a remplacé la cigarette traditionnelle pour certains. Pourtant, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a récemment annoncé qu’il se penchait sur une interdiction du vapotage dans tous les lieux collectifs. Pourquoi ?

Effet de mode

Egalement appelée cigarette électronique, l’e-cigarette ne date pas d’hier. Les premières traces d’études quant à une cigarette remplaçant le tabac par de l’air chauffé et aromatisé datent de 1963. Mais ce n’est qu’en 2009 que le dispositif trouvera la technique de vaporisation par résistance chauffante en Chine et qui permettra par la suite à l’e-cigarette d’être commercialisée. Elle est rapidement adoptée par 1,5 millions de personnes comme fière remplaçante de la cigarette pour ses qualités : vapotage passif presque sans risque, possibilité de varier les goûts et même sevrage tabagique. Pourtant, aujourd’hui, ce dernier point fait débat.

Vers une « renormalisation du tabac » ?

Le Haut Conseil de la Santé Publique a ainsi annoncé le 24 février 2016 que le bannissement de la cigarette électronique, en plus des lieux avec des enfants, les transports publics ou encore dans le lieu de travail, pourrait s’étendre aux cafés, aux bars ou encore aux bibliothèques. Car si on la tolère comme étant un outil de sevrage, la cigarette électronique est à double tranchant : elle serait également la porte d’entrée au tabagisme, à un « renormalisation du tabac ». En outre, c’est surtout le risque d’addiction à l’e-cigarette qui est dénoncé. L’alerte a été lancée après l’apparition d’études scientifiques doutant de la réelle efficacité de la cigarette électronique pour le sevrage.

Résistances

Aussitôt, l’Association Indépendante des Utilisateurs de la Cigarette Electronique (Aiduce) et la Fédération Interprofessionnelle de la Vape (Fivape) dénoncent ces déclarations. Pour eux, de bannir ainsi les cigarettes électroniques pourrait laisser penser à une assimilation à la cigarette traditionnelle et donc annihiler le rôle de l’e-cigarette comme outil de sevrage. L’Aiduce s’interroge sur la contradiction même du HCPS : comment la cigarette électronique pourrait-elle être assimilable aux patchs de sevrage et en même temps être discréditée par une réglementation trop stricte ? Le HCPS répond que la solution serait de lancer une e-cigarette médicale, disponible en pharmacie permettant de différencier les fumeurs cherchant à se sevrer et ceux vapotant uniquement pour le loisir.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.