Fermer le menu
Menu

L’endométriose, une maladie encore passée sous silence

par Mutuelle.fr

L’endométriose, une maladie encore passée sous silence

La deuxième semaine de mars 2016 (du 7 au 13) voit se tenir la mobilisation européenne de prévention et d’information sur l’endométriose. Cette maladie encore mal connue toucherait aujourd’hui une femme sur dix, soit environ 10% des femmes en âge d’avoir des enfants. Ce chiffre est en augmentation, mais les analyses et les diagnostics sont tardifs. Pourquoi cette maladie est-elle taboue ?

Symptômes

L’endométriose est due à la présence de tissu utérin en dehors de la cavité utérine : sur la vessie, le rectum, les trompes ou encore les ovaires. Cette colonisation a donc pour conséquences des lésions ou encore des kystes sur les zones couvertes de tissu utérin. En résultent des douleurs lors des règles, des rapports sexuels ou encore lors de la défécation pour plus de 40% des femmes. Les souffrances peuvent être telles qu’elles conduisent à des vomissements ou des évanouissements. La semaine européenne de sensibilisation à la maladie adopte alors le slogan : « Les règles c’est naturel, pas la douleur. »

Quelle fertilité ?

En plus des douleurs lors du cycle ou des rapports, l’endométriose est également source d’infertilité. En outre, près de 50% des femmes infertiles souffrent de cette maladie. Pourtant, le tabou planant autour de la sexualité féminine rend souvent ce diagnostic tardif voire inexistant. Plus de 35% des femmes infertiles ne sauraient pas qu’elles possèdent des tissus utérins hors de la zone utérine.

Comment lutter contre la maladie ?

Un des problèmes principal de l’endométriose reste bien la gêne des femmes à parler des troubles liés à leurs règles ou à leur sexualité. Très jeune, on apprend aux jeunes filles qu’il est normal d’avoir mal pendant les règles et donc la maladie est souvent diagnostiquée très tardivement : il faut en moyenne 7 ans et un coup du hasard pour que l’endométriose soit découverte lors d’un scanner qui ne concernait pas forcément la maladie. Cette maladie ne se guérit pas, mais les douleurs peuvent être soulagées : chirurgie, pilule, ménopause artificielle ou encore magnétiseur. De plus en plus de femmes sortent aujourd’hui du silence, motivées par des célébrités souffrant elles-mêmes d’endométriose : Lena Dunham, Imany ou encore Laeticia Milot.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.