Fermer le menu
Menu

E-santé : lier médecin et patient grâce aux applications ?

par Mutuelle.fr

E-santé : lier médecin et patient grâce aux applications ?

Nous sommes des millions à posséder un smartphone, un téléphone portable ultra-connecté nous permettant d’écouter de la musique, suivre l’actualité, télécharger des applications, nous rendre sur Facebook ou encore sur Twitter et donc partager des informations en temps réel. La question se pose aujourd’hui sur la possibilité de poster des données sur notre propre santé grâce à une application liant malade et médecin généraliste.

Le boom des applications santé

En décembre 2015, c’est environ 16% des 20-55 ans qui déclaraient avoir consulté au minimum une fois une application ou un site de santé, de nutrition ou de bien-être via leur smartphone. Ce pourcentage représente près de 6,2 millions d’utilisateurs de smartphone. Parmi cette tranche d’âge, ce sont les 25-34 ans et donc la génération ultra-connectée qui a montré la plus forte proportion à utiliser leur téléphone pour se renseigner sur la santé : presque 21% d’entre eux utilisent ces applications très souvent. Généralement, celles-ci concernent des programmes de remise en forme ou encore de sport.

Des applications prescrites par les médecins

Pourtant, les applications liées au sport ne sont pas les seules à progresser dans l’utilisation quotidienne des utilisateurs de smartphone. Des programmes liant malades et médecins généralistes montrent une timide progression ces dernières années. Ce sont les victimes de maladies chroniques qui utilisent le plus ce moyen pour être en lien constant avec leur médecin traitant et le renseigner sur leur état de santé tout en partageant leurs ressentis. Pourtant, ce système se doit d’être encadré pour éviter les dérives et c’est pourquoi de plus en plus de médecins sont sensibilisés au numérique pour, dans un futur proche, leur permettre de prescrire l’utilisation de ces applications de santé.

La question de la sécurité des données

Une des problématiques principales de l’utilisation du partage de données de santé sur internet reste le souci de confidentialité et les risques de piratages. Environ 80% des applications de santé n’ont en effet aucune protection solide pour protéger la vie privée de ses utilisateurs. Il serait donc nécessaire de renforcer le bouclier informatique de ces programmes et d’initier les patients et les médecins à l’usage de ceux-ci. Une des applications propose aujourd’hui le partage de données, mais soumises à un code connu uniquement du patient et de son médecin, qui peut être entré sous les quinze minutes suivant le partage d’informations. Si ce délai est dépassé, les données sont perdues. Cette relation doit avant tout être basée sur la confiance et doit donc évoluer dans un cadre strict et organisé.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.