Fermer le menu
Menu

Pharmacie sur internet : les inquiétudes

par Mutuelle.fr

Pharmacie sur internet : les inquiétudes

Depuis 2013, les médicaments peuvent être vendus légalement en ligne par le biais de sites internet. Nous avons ainsi vu de grandes enseignes comme Carrefour se lancer dans la e-parapharmacie au mois d’avril 2016. Pourtant, cette tendance aux pharmacies en ligne est vite retombée suite à de nombreuses restrictions, critiquées par l’Autorité de la concurrence qui est, quant à elle, favorable au développement des cyber-pharmacies.

Un développement en berne

En 2015, plus de 22 400 pharmacies physiques ont été recensées en France. Parmi ces pharmacies, seulement 301 ont développé une activité numérique parallèle et proposent des médicaments en ligne. Ce timide taux de 1,34% confronte celui de 14,4% en Allemagne où ce ne sont pas moins de 3 000 pharmacies en ligne existantes pour 20 900 établissements physiques.

Il est également à noter qu’en France, les refus d’autorisation de création d’officines en ligne sont nombreux. En 2013, 259 demandes d’ouverture de site de vente de médicaments en ligne ont été faites par des pharmacies : 80 ont été refusées.

Des restrictions déjà existantes

Le faible développement de l’activité s’explique par de nombreuses contraintes qui l’empêchent de s’épanouir pleinement. De nombreuses pratiques courantes et naturelles du e-commerce comme l’utilisation de liens hypertextes, de lettres d’informations, de la sous-traitance, du référencement dans les moteurs de recherche, la mise en avant des prix par affichage ou encore le recours à des comparateurs en ligne sont, si non interdites, fortement limitées.

Quelles sont les nouvelles contraintes ?

En plus de ces anciennes restrictions, de nouvelles sont à prévoir. L’Autorité de la concurrence dénonce des mesures disproportionnées. En outre, désormais, les e-pharmaciens pourront demander, par le biais de questionnaires en ligne, les données personnelles y compris celles sous le sceau du secret médical (antécédents, etc.) du client avant d’autoriser une commande. Le temps de réalisation de la commande se trouve donc allongé. En plus de cela se rajoute la mission pour le pharmacien de rédiger des analyses suites à la prise d’un médicament par un client : recueil du ressenti, hypothétiques effets secondaires, etc.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.