Fermer le menu
Menu

Réseaux sociaux et troubles alimentaires

par Mutuelle.fr

Réseaux sociaux et troubles alimentaires

Une récente étude venant tout droit des Etats-Unis publiée dans le « Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics » a démontré que passer trop de temps sur Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat et Tumblr serait mauvais pour la santé. En effet, en plus des douleurs dans la nuque en raison de mauvaises positions devant son téléphone ou son ordinateur, cela augmenterait les risques de troubles alimentaires comme l’anorexie ou encore la boulimie.

Des chiffres alarmants

A première vue, le lien entre Twitter, Facebook et l’anorexie et la boulimie n’est pas évident. Les sondés (1765 personnes, âgées de 19 à 32 ans) ont dû répondre à des questions portant sur leur façon de manger ainsi que sur leurs habitudes alimentaires. Ils ont ensuite répondu à un nouveau questionnaire dont le thème était cette fois l’usage des réseaux sociaux (Youtube, Facebook, Twitter, Pinterest, etc.).

Les résultats sont là. Les personnes utilisant de façon « abusives » les réseaux sociaux ont environ 2,5 fois plus de chances d’être victime d’un trouble alimentaire comme l’anorexie ou la boulimie. Aucun autre élément tel que le sexe, l’âge et les moyens financiers n’entrent en considération et ces chiffres sont déduits uniquement par les questionnaires sur l’alimentation et les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux : épicentre des complexes ?

Les réseaux sociaux mettent en relation instantanément des utilisateurs du monde entier. Ils permettent donc de contacter et d’échanger avec des personnes victimes des mêmes complexes quant à la vision de son corps. C’est alors le premier pas vers un maelström dont il est difficile de s’échapper, en particulier lorsque les relations entretenues ne permettent pas d’améliorations et enferment les utilisateurs dans leurs troubles alimentaires et leurs complexes. Les photos présentes notamment sur Instagram sont très souvent retouchées à l’aide de filtres et peuvent contribuer à nourrir les complexes, en particulier lors de la période fragile et influençable de l’adolescence. Récemment, plusieurs jeunes femmes ont lancé le « A4 Challenge » : leur taille et leur hanche devaient totalement disparaitre derrière une feuille A4 pour prouver leur minceur.

Des campagnes humoristiques

En réponse à cela, plusieurs campagnes humoristiques ont vu le jour sur Twitter, Instagram et Snapchat pour se moquer des challenges et des défis beauté plaçant la minceur sur un piédestal : photos prises pour le « A4 Challenge » avec des chats rondelets ou encore le hashtag LoveYourLines lancé, incitant les jeunes femmes à prendre des photos de leurs vergetures et de les poster ensuite sur les réseaux. L’objectif est bien sûr de rappeler que la femme parfaite n’existe pas, en particulier sur les réseaux sociaux.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.