Fermer le menu
Menu

Cancers et téléphones portables : le débat est relancé

par Mutuelle.fr

Cancers et téléphones portables : le débat est relancé

L’usage du téléphone portable est souvent décrié comme étant néfaste pour le sommeil ou encore l’attention. Influerait-il sur les risques de développement de cancers ? Le lien plus ou moins affirmé entre ondes de téléphones portables et cancers a souvent été confirmé puis infirmé. Les études en résultant sont souvent contradictoires et donnent automatiquement lieu à de nouvelles analyses. Le 26 mai 2016, une étude américaine du « National Toxicology Program » (NTP) organisé par le Ministère de la Santé américain met en évidence les risques aggravés des téléphones portables sur certains types de cancers.

Une étude américaine

Cette analyse datant de fin mai 2016 serait donc « la plus vaste étude de ce type conduite à ce jour sur le sujet » selon le toxicologue Christopher Portier, ancienne tête pensant du National Toxicology Program. En effet, elle n’aurait pas coûté moins de 20 millions de dollars et s’étend sur plus de deux ans.

Les cobayes, 90 rats mâles et femelles, ont été exposés à des ondes allant de 1,5 Watt par kilogramme à 6 W/kg. Cs expositions étaient réparties en 10 minutes d’exposition puis 10 minutes de pause pour arriver à un total d’exposition de neuf heures. Les analyses ont ensuite démontré que deux types de cancers (gliome et schwannome cardiaque) se sont rapidement développés chez les rats. Fait étrange néanmoins : les femelles ne sont pas touchées par les cancers. Le NTP n’explique pour l’instant pas ces résultats et attend de nouvelles données dans les prochains mois. Les rats n’ayant pas été exposés aux ondes ne développent pas les tumeurs.

Résultats discutables

Pour l’instant, les résultats livrés ne sont que partiels et ne répondent pas à toutes les questions posées par les scientifiques dans leur rapport. Pour une meilleure vue globale, il faudra patienter quelques mois pour obtenir les analyses finales.

Une des principales données remise en cause est l’exposition des rats. En outre, l’exposition est d’une part excessive puisque les ondes de nos téléphones portables ne dépassent que très rarement les 1 voire 1,5 W/kg. D’autre part, les rats ont vu tout leur corps exposé de leur naissance à leur mort, tous les jours de la semaine sans exception à de très fortes radiations, ce qui n’est pas le cas des humains.

Des études en désaccord

Au début du mois de mai, une étude venant d’Australie et portant sur le même sujet a été rendue publique. Celle-ci a comparé sur trente ans (de 1980 à 2012) l’évolution de l’usage et de l’achat de téléphone portable et le développement de cancers et de tumeurs. Ils en sont venus à la conclusion que le taux de cancers du cerveau sont restés très stables sur ces trente dernières années et que le téléphone portable n’a donc pas d’incidence sur ceux-ci. Le débat sur téléphone portable et cancer est donc loin d’être clos.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.