Fermer le menu
Menu

Mutuelle santé : être surveillé pour payer moins ?

par Mutuelle.fr

Mutuelle santé : être surveillé pour payer moins ?

En France, si l’e-santé est plus timide que ses consœurs anglaise et américaine, elle ne cesse cependant pas de se développer et prend une place toujours plus importante dans notre quotidien. Aujourd’hui, elle se tourne vers les mutuelles et les assurances santé. Elle s’interroge sur les pratiques santé au quotidien. L’équation suivante en résulte : à comportements vertueux, contrats moins chers ? Accepterions-nous d’être surveillé pour des cotisations mensuelles moins importantes ?

Proposition d’un sondage

La compagnie d’assurances Generali propose un nouveau pas dans l’e-santé et la collecte de données. L’entreprise proposerait aux employés étant couverts par une mutuelle d’entreprise de faire évoluer les frais mensuels en fonction de leur comportement santé. Kézako ? Si les salariés font du sport de façon régulière, mangent sainement, font un nombre de pas donnés par jour, n’abusent pas des visites médicales et prennent soin d’eux, des baisses sur leur note de complémentaire santé pourraient être observées. Generali propose des réductions entre 11 et 16% du prix initial et des prix intéressants chez plusieurs enseignes comme Adidas ou encore Décathlon. Ces observations pourront être faites par le biais d’une application mobile. Mais avant de mettre tout cela en place, un sondage est proposé pour situer l’engouement des employés.

La montée en puissance du Big Data

Un système similaire existe déjà depuis 2014 pour l’assurance automobile. Il est proposé depuis deux ans par Allianz qui peut étudier les données de conduite, récupérées par un boitier. Si le conducteur est vertueux, son assurance automobile lui coûtera moins cher et inversement. Axa s’intéresse également de plus en plus près à la santé connectée et récemment a offert à de nouveaux assurés un bracelet connecté proposant des défis sportifs qui, si réalisés, permettent de gagner des cadeaux. Toutes ces données personnelles recueillies sont alors considérées comme faisant partie du « Big Data » et sont à la disposition des assureurs.

Espionner pour un but lucratif ?

Les données personnelles santé et consommation seraient donc recueillies grâce à une application smartphone et/ou des objets connectés comme des bracelets. Mais où iraient-elles ? Et surtout, à qui serviraient-elles ? Le principal problème des données personnelles stockées numériquement est bien le problème du piratage et donc de la sécurité les entourant. De plus, l’assurance pourraient bien revendre certaines de ces informations à des clubs de sport ou encore des diététiciens qui risquent bien d’envahir vos boîtes mails et boîtes aux lettres…

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.