Fermer le menu
Menu

Santé et prévention : les effets méconnus du sport

par Mutuelle.fr

Santé et prévention : les effets méconnus du sport

Sommes-nous bien informés de l’impact du sport sur notre santé au quotidien ? Une enquête menée auprès de 7 753 internautes révèle qu’un Français sur deux en méconnaîtrait les effets positifs.   

Pendant trois semaines, les internautes ont pu répondre à une série de questions concernant les actions susceptibles de prévenir et de traiter six pathologies différentes (diabète, hypertension artérielle, ostéoporose, cancers, hypercholestérolémie et bronchite chronique). Selon l’échantillon sélectionné (représentatif de la population française), le facteur le plus cité serait la surveillance de l’alimentation loin devant la pratique régulière d’un sport.  

Des études scientifiques  récentes ont pourtant révélé que des « pathologies pouvaient être évitées, guéries ou atténuées grâce à la pratique d’une activité physique ou sportive régulière » souligne le docteur Pierrick Hordé, également directeur de la publication du site web sur lequel l’enquête a été révélée. Le sport pourrait notamment freiner l’évolution de la bronchite chronique, soigner le diabète au même titre qu’un régime alimentaire ou qu’un traitement médicamenteux.

Les études révèlent également les nombreux bénéfices du sport sur la prévention et les récidives du cancer du sein et du côlon. L’activité physique permettrait de limiter le début de processus cancéreux et de ralentir la multiplication des cellules tumorales.

Enfin, en plus des nombreux bénéfices qu’apporte le sport sur les os et les muscles, il aurait un effet  sur le stress et différentes formes de douleur en libérant cinq fois plus d’endorphines dans le cerveau pendant l’effort.

Selon les résultats de l’enquête, la majorité des internautes questionnés retiennent le reflexe « manger mieux » plutôt que de « bouger plus ». Le docteur Boris Hansel, endocrinologue et diabétologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris, indique que les résultats de ce questionnaire reflètent bien « le décalage entre l’information riche fournie au grand public autour de la nutrition et le manque de communication précise dans le champ de l’activité physique ».

Aujourd’hui pour faire évoluer les mœurs, les médecins ont un rôle important à jouer. Ils doivent être les premiers à prescrire à leurs patients de l’activité physique et à les inciter à prendre de meilleurs habitudes comme marcher davantage, prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, bricoler…

Au même titre qu’un médicament, l’activité sportive pourrait être prochainement être prise en charge par l’Assurance Maladie et les mutuelles. Une avancée qui pourrait inciter les patients à pratiquer un sport sur le long terme et non pas l’espace d’un régime.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.