Fermer le menu
Menu

Vers une contraception orale plus accessible

par Mutuelle.fr

Vers une contraception orale plus accessible

Le 12 juillet dernier, la ministre de la Santé a annoncé la publication prochaine de deux décrets permettant de faciliter l’accès à la contraception orale.

Marisol Touraine, ministre de la santé, prend de nouvelles mesures pour supprimer les freins à la contraception orale pour les femmes. Ainsi, dès la publication de deux décrets d’ores et déjà signés, les étudiantes pourront se faire délivrer gratuitement la pilule du lendemain dans les universités, comme c’est déjà le cas dans les collèges et les lycées.

Outre cette mesure concernant la contraception d’urgence, les femmes pourront désormais se procurer la pilule contraceptive en pharmacie sur simple présentation d’une ordonnance datant de moins d’un an, sans qu’il ne soit nécessaire de consulter au préalable un médecin.

Les autorités de santé espèrent qu’en facilitant les démarches pour accéder à la contraception, la hausse du taux d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) de ces dernières années sera endiguée, de même que celle du nombre de grossesses non-désirées.

Interrogée au sujet de certaines difficultés d’accès à l’IVG, notamment pendant la période estivale, Mme Touraine a affirmé qu’elle s’assurerait que l’interruption volontaire de grossesse reste possible dans toutes les régions de France et que les permanences téléphoniques soient opérationnelles.  Une réouverture de certains centres d’IVG serait même envisagée par le gouvernement, dans l’objectif de doter chaque établissement hospitalier public d’un centre IVG et d’assurer le remboursement total du coût de l’opération par la Sécurité sociale.

Enfin, L’Assurance Maladie pourrait également, à terme, rembourser entièrement les démarches de contraception définitive, quel que soit l’âge et quelle que soit la méthode utilisée. Ainsi, il existe deux méthodes pour bénéficier d’une contraception définitive : soit par une intervention chirurgicale lourde (ligature des trompes de Fallope), soit par la « méthode Essure » (les trompes sont obstruées par la pose d’un petit ressort qui ne nécessite pas d’opération de chirurgie et qui, après 3 mois, constitue une contraception fiable).  Aujourd’hui, le remboursement par la Sécurité sociale pour les femmes de moins de 40 ans n’est possible que sous condition de contre-indication à la grossesse et intolérance aux moyens de contraception temporaire. Ce qui explique peut-être pourquoi ces méthodes sont si peu utilisées en France : 1 couple sur 10 y a recours contre près de 1 sur 2 aux Etats-Unis et 3 sur 5 au Canada.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.