Fermer le menu
Menu

Médicaments, pourquoi les Français paient-ils plus chers ?

par Mutuelle.fr

Médicaments, pourquoi les Français paient-ils plus chers ?

Selon une étude publiée par l’INSEE, le mercredi 18 juillet, les Français paient leurs médicaments de plus en plus cher, alors que les prix fixés par les laboratoires diminuent.

D’après l’institut d’études national, entre 2000 et 2010, le prix « brut » des médicaments (hors remboursements de la Sécurité sociale) aurait diminué de 1,8 % par an, tandis que la part du montant laissée à la charge du consommateur aurait augmenté de 0,6 % par an.

Le développement, au cours de ces dix dernières années, des génériques (de même composition que les produits de marque mais en moyenne 20 % moins chers) est la cause principale de cette diminution du prix « brut » des médicaments. En effet, les diverses mesures prises par le gouvernement pour encourager leur diffusion ont fait augmenter la part des produits génériques dans le volume total des ventes de médicaments remboursés, la faisant passer de 11 % en 2003 à 24 % en 2010. Depuis 10 ans, pour faire face à la concurrence, les laboratoires pharmaceutiques ont donc ainsi été amenés à baisser le prix de leurs produits d’environ 1,8 % par an.

Cependant, sur le même intervalle de temps, on observe que le consommateur paie plus cher ses médicaments. En effet, les diverses mesures de déremboursement prises par le gouvernement ont fait augmenter le coût « net » supporté par les Français. Ainsi, par exemple, en 2010, 171 médicaments ont vu leur taux de prise en charge diminuer, passant de 35 % à 15 %. De ce fait, la consommation des médicaments moins bien remboursés ou non-remboursés baisse et les fabricants compensent en augmentant leurs prix.

L’INSEE rapporte également une augmentation de la part des dépenses de santé (hors frais d’hospitalisation) dans le budget consommation des ménages. Celle-ci passe de 8,9 % en 2000 à 10 % en 2010. Mauvaise nouvelle pour le consommateur, les tendances observées ne semblent par vouloir s’inverser, au vu des objectifs de réduction du déficit de la Sécurité sociale (estimé à 15,5 milliards d’euros pour 2012) via de nouvelles mesures de déremboursement.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.