Fermer le menu
Menu

Budget 2013 : L’ Assurance Maladie veut freiner les dépenses

par Mutuelle.fr

Budget 2013 : L’ Assurance Maladie veut freiner les dépenses

Le débat est lancé entre le conseil de la CNAM (Caisse National d’Assurance Maladie) et le gouvernement pour tenter d’économiser plus de 2,2 milliards d’euros dans le budget 2013 de la Sécurité sociale. De nouvelles mesures devraient donc bientôt entrer en vigueur afin de contenir la hausse des dépenses estimée à 4 %.

Les nouvelles mesures proposées par l’Assurance Maladie concernent les tarifs des médicaments et des dispositifs médicaux. En agissant sur le tarif des génériques, dont les prix sont jugés surévalués par rapport aux autres pays de l’Union Européenne, une économie de 400 millions d’euros pourrait être réalisée sur les génériques déjà présents sur le marché.

Un médicament générique coûte aujourd’hui en moyenne 60 % de moins que les produits princeps. Passer cette décote de 60 à 70 % sur les nouveaux génériques, permettrait ainsi une économie de plusieurs millions d’euros. Enfin, la CNAM propose de faciliter la négociation des pharmacies auprès des fabricants de génériques afin d’obtenir des remises plus importantes. L’idée est de relever voire de supprimer le plafond de remise aujourd’hui bloqué à 17 %. Une partie des économies réalisées serait alors reversée à l’Assurance Maladie.

Quant aux dispositifs médicaux implantables tels que les simulateurs cardiaques, ce sont plus de 850 millions d’euros qui pourraient être économisés grâce à de nouvelles mesures.

Egalement dans la ligne de mire de la CNAM, les prescriptions dites de « confort » des médecins de ville et les prescriptions de médicaments dans les hôpitaux pourraient être revues à la baisse. En effet, selon une étude TNS Sofres du 24 juin dernier, les médecins interrogés estiment seulement à 72 % le nombre d’actes médicaux  « pleinement justifiés ».

Dans son rapport, l’Assurance Maladie juge également pouvoir être en mesure d’économiser 1,6 milliard par an d’ici 2017 (voir graphique) grâce à une prise en charge plus optimale de certains soins lourds comme la chirurgie programmée (genou, varices, hernie), le cancer colorectal, le diabète et l’insuffisance cardiaque. En renforçant les soins de premier recours et en améliorant la prévention et le dépistage du diabète, 800 millions d’euros pourraient déjà être économisés d’ici les cinq années à venir.

De plus, l’Assurance Maladie préconise le développement des soins à distance. La télémédecine permettrait par exemple de surveiller des dialyses ou l’action de défibrillateurs cardiaques. La prise en charge de certaines pathologies comme la rééducation pour les patients ayant une prothèse du genou ou encore les injections d’insuline pourrait bientôt se faire à domicile.

Concernant les dépassements d’honoraires de certains professionnels de santé, l’économie pourrait être de 150 millions d’euros suite à la mise en place de sanctions conventionnelles auprès des médecins abusant de cette pratique. Jusqu’ici, aucune sanction n’était appliquée.

Enfin, pour assurer l’accès aux soins des plus démunis, la CNAM suggère la mise en place d’un tarif social dentaire ainsi qu’une meilleure prise en charge des soins optiques pour les bénéficiaires de la CMU.

Au final, ces nouvelles mesures permettraient au régime général d’économiser 1,869 milliards d’euros en 2013 et de stabiliser le déficit chiffré en 2012 à 14,7 milliards d’euros.

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.