Fermer le menu
Menu

Controverse à propos du dossier médical personnel

par Mutuelle.fr

Controverse à propos du dossier médical personnel

Le rapport sur le coût du dossier médical personnel (DMP) établi par la Cour des comptes présente un bilan inquiétant. Mis en place en janvier 2011, le DMP avait pour vocation de faciliter le suivi des patients en centralisant les données médicales comme les diverses prescriptions, les mentions d’allergies ou les comptes rendus d’hospitalisation. Informatisé, gratuit et géré par les professionnel de santé, le DMP met en avant de droit d’information et de confidentialité des patients.

En théorie, cet outil présente donc de nombreux avantages. Mais les chiffres collectés récemment par la Cour des comptes montrent qu’il est extrêmement méconnu du grand public. En effet, à ce jour, seulement 180 000 dossiers ont été ouverts, alors que les prévisions dépassaient les 500 000 pour fin 2011.

Le rapport dénonce une stratégie et un pilotage défaillant, une mauvaise évaluation de l’utilité du DMP et un suivi financier insuffisant. En comptabilisant les dépenses avant et après la mise en ligne de ce service, le coût total du projet est évalué à près de 500 millions d’euros. Un montant jugé excessif au vu des résultats observés jusqu’alors.

En outre, le DMP est jugé peu utile dans l’usage au quotidien des médecins. En effet, parmi les reproches qui lui sont adressés, on recense la possibilité qu’a le patient  de ne pas divulguer certaines informations, et qui implique donc le recours a un dossier médicalisé papier complet. Ou encore, l’absence de communication entre les systèmes des différents hôpitaux qui rend alors caduque l’utilisation du DMP.

Pour pallier ces défaillances, l’ensemble des parties prenantes préconise une prise en charge politique sérieuse du projet, ce qui n’a encore jamais été le cas.

 

 

comments powered by Disqus
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.