Fermer le menu
Menu
management participatif

Un enjeu de confiance pour un management participatif

Une étude révèle plusieurs enseignements pouvant inciter à une négociation collective plutôt que de passer par une DUE. De fait, 93 % des Français disposent d’une complémentaire santé, 38 % dans le cadre de leur entreprise et 45 % à titre individuel. Valorisée par les Français qui se disent plutôt satisfaits de ses modalités ainsi que de son remboursement, la complémentaire santé est, en période de crise, au cœur des préoccupations en matière d’assurances. Un enjeu de confiance donc dans le cadre d’une négociation en entreprise quand celle-ci est placée sous le signe du management participatif.

L’assurance la plus valorisée par les Français en période de crise

Avec l’assurance habitation (57 %), la complémentaire santé est avec 59 % un des deux produits d’assurance les plus cités comme étant privilégiés par les Français en période de crise. Et ce devant l’assurance auto (52 %) et loin devant d’autres produits comme la garantie accident de la vie (14 %) ou l’assurance décès (9 %). Quand il s’agit de choisir sa complémentaire, les facteurs pris en considération par les Français sont d’abord son prix, la prise en charge de soins traditionnellement non pris en charge par la Sécurité sociale et la possibilité de personnaliser le produit. On voit donc bien que les Français sont attentifs à la question qui est un enjeu majeur : un point à retenir au moment où les salariés vont être couverts dans le cadre de l’entreprise.

Des Français globalement satisfaits des modalités et du remboursement

Il faut également noter que les Français sont à l’heure actuelle plutôt contents de leur mutuelle. 90 % de ceux qui sont couverts se disent tout à fait satisfaits ou assez satisfaits de la rapidité de remboursement. Ils sont 84 % à se dire tout à fait satisfaits ou assez satisfaits de la clarté des garanties souscrites et ils sont 79 % à se dire tout à faits satisfaits ou assez satisfaits de la personnalisation de leur contrat.
Pour des salariés aujourd’hui assurés par des contrats individuels et satisfaits de leurs prestations, l’enjeu est de mettre en place un contrat d’assurance collectif qui leur apporte le même niveau de satisfaction. Un dialogue bien mené avec les salariés afin de trouver le juste équilibre entre le niveau des garanties de la mutuelle d’entreprise et le coût du contrat à supporter par les salariés et par l’entreprise peut être un acte de management fort et constructif.
L’exception des lunettes et des soins dentaires, une occasion d’améliorer la confiance et la santé et dans l’entreprise

Deux postes de frais sont pour l’heure jugés par les Français couverts comme insuffisamment remboursés : les soins d’optique (74 %) et les frais dentaires (57 %). Les taux d’insatisfaction montent même à 78 % et 71 % pour les complémentaires contractées à titre individuel. La complémentaire en entreprise est une occasion d’améliorer ce taux à partir du moment où une négociation s’engage : lors de la concertation, il est possible d’évaluer les besoins et les attentes des salariés sur ces deux postes, attentes et besoins qui peuvent être très différents selon les entreprises (par exemple selon la pyramide des âges dans l’entreprise).
Là encore, les questions d’équilibre entre qualité des remboursements et niveau de cotisation seront des éléments forts de négociation et de décision.

Pour aller plus loin :
http://www.argusdelassurance.com/mediatheque/7/1/3/000017317.pdf

Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.