Fermer le menu
Menu
bien etre entreprise

Négocier pour améliorer le bien-être en entreprise

Un récent sondage révèle que 70 % des salariés constatent une dégradation de leurs conditions de travail. Un autre révèle que si 42 % des salariés se disent heureux au travail, 90 % jugent que les pistes de réflexion pour un bien-être au travail passent par une amélioration de qualité de la vie au travail. Une négociation sur la complémentaire santé plutôt qu’une Décision Unilatérale de l’Employeur (DUE) peut être une opportunité pour l’employeur et les salariés de prendre en considération la notion de bien-être ou de « wellness » au travail.

Selon les salariés, l’ambiance au travail a un impact sur leur santé

Une récente étude TNS Sofres pour l’Association régionale pour l’amélioration des conditions de travail (ARACT) Île-de-France a dévoilé que 70 % des salariés constatent une dégradation de leurs conditions de travail. Seuls 6 % jugent que leurs conditions de travail se sont améliorées, alors que 26 % jugent que ces conditions sont stables. Diminution ou manque de moyens, de temps, d’effectifs ou de reconnaissance financière : tels sont les constats des salariés qui disent devoir faire face à une stabilité ou une progression des exigences. Plus profondément, l’enquête montre que la notion de qualité de vie au travail se définit le mieux par les termes suivants : « respect » (64 %), « reconnaissance » (58 %) et épanouissement (46 %). Or, pour les salariés, cette qualité de vie a un impact direct sur l’engagement des salariés (96 %), sur l’ambiance de travail et les relations dans l’entreprise (96 %), la qualité du travail réalisé (95 %) et la santé des salariés (94 %). La complémentaire santé, parce qu’elle prend en compte des dimensions importantes du remboursement de certains soins comme les soins d’optique ou dentaires, très peu pris en charge par la sécurité sociale, apparaît bien comme le lieu d’un enjeu décisif de santé et de bien-être des salariés.

Une meilleure ambiance passerait d’abord par la qualité de communication et de l’écoute du management

Si une étude réalisée par l’Institut Think pour l’Institut Great Place to Work® auprès de 1 000 salariés français indique que seulement 42 % des répondants jugent que leur entreprise / organisation est une entreprise / organisation où il fait bon travailler, elle révèle aussi une revendication majeure : la qualité de communication et de l’écoute du management. Trois critères de cette qualité de communication et d’écoute sont mis en exergue : – capacité à délivrer des messages compris, – capacité à entretenir un dialogue fructueux avec ses équipes – prise en compte de leurs problématiques et préoccupations. Une négociation entre partenaires sociaux ou avec le délégué du personnel apparaît comme un bon moment de démontrer ces qualités managériales qui améliorent le bien-être au travail. Si la couverture complémentaire se décide en concertation entre l’employeur et les salariés, ce sera un moment d’amélioration du bien-être, de l’ambiance et du moral des équipes. Pour aller plus loin : http://www.greatplacetowork.fr/publications-a-evenements/blogs-et-actualite/717-communique-de-presse-42-des-francais-heureux-au-travail-

Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.