Fermer le menu
Menu
Sprayed air freshener in hand on home interior background

Pollution de l’air intérieur

Cela peut paraître surprenant, mais l’air que nous respirons à l’intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur. S’il est vrai que nous sommes largement sensibilisés à la problématique de la pollution de l’air extérieur, surtout dans les grandes régions urbaines et les sites industriels, nous le sommes beaucoup moins pour l’air qui compose notre domicile. Et pourtant, nous y restons en moyenne 14 heures par jour. Plusieurs études montrent que l’air de nos logements contient dix fois plus de composés organiques volatiles que dehors. Il s’agit de molécules nocives pour notre organisme provoquant des allergies, des irritations, de l’asthme, des migraines, de la fatigue, jusqu’à l’intoxication. 40 % des habitations seraient touchées par au moins un problème de qualité de l’air.

Afin d’améliorer la qualité de l’air intérieur, il est avant tout essentiel de connaître et d’identifier les polluants que l’on peut trouver chez soi.

Le premier polluant et le plus nocif est le tabac. Il est recommandé de fumer à l’extérieur et non pas simplement à la fenêtre. En effet, les composants de la fumée restent dans l’air et s’incrustent dans les tissus comme les rideaux et les tapis, et continue ainsi de se propager dans l’air.

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique inodore et invisible qui peut être émis par un matériel de chauffage mal entretenu. Il émane d’une combustion incomplète due à un manque d’oxygène dans les appareils comme une chaudière ou un chauffe-eau. Lorsqu’on le respire, le monoxyde de carbone remplace petit à petit l’oxygène contenu dans notre sang. Ainsi, ce gaz fait chaque année en France plus de 5000 victimes d’intoxication, et tue même une centaine de personnes. L’entretien de vos appareils est donc  indispensable pour exclure tout risque.

De manière plus générale, la plupart des produits ménagers contenus dans nos placards sont sources de pollution. Les produits de bricolage, les peintures, les bougies parfumées, l’encens et les poils d’animaux le sont tout autant.

Quelques conseils pour limiter la pollution présente dans l’air de nos logements

Il est recommandé d’aérer au moins 15 minutes par jour, été comme hiver. Pour les pièces humides, comme la salle de bain ou la cuisine par exemple, ou lorsque vous utilisez des produits ménagers, le temps d’aération doit être prolongé.

Il est conseillé d’éviter d’étendre le linge à l’intérieur car il fait grimper le taux d’humidité dans l’air. Cela favorise l’apparition et la propagation de moisissures et de champignons qui provoquent de nombreuses affections respiratoires.

Pour les bricoleurs, de nombreux produits comme la colle, la cire et la peinture peuvent diffuser des émanations toxiques. Si vous manipulez ce genre de produits, équipez-vous d’un masque, gants et lunettes. Il est préférable de bricoler à l’extérieur mais dans le cas contraire, aérez le plus possible la pièce dans laquelle vous travaillez.

Retrouvez le guide de la pollution de l’air intérieur publiée par le ministère du développement durable  ici.

Je trouve la mutuelle adaptée à mes besoins
Ajouter / Enlever
Votre conjoint(e)
Ajouter / Enlever
Votre 1er enfant
Ajouter / Enlever
Votre 2e enfant
Ajouter / Enlever
Votre 3e enfant
Ajouter / Enlever
Votre 4e enfant
Ajouter / Enlever
Votre 5e enfant
Étape 1/2 
Vos coordonnées
Étape 2/2 
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.